Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Manac'hegezh

par Andrev

publié dans Monachisme et pays celtes , Keltia , Celtes , Feiz , Foi

Ermitage de saint Brendan, à Aranmore
Ermitage de saint Brendan, à Aranmore

*

Sheik Imran Hosein – atersadenn e bro-Serbia 22 Here 2015

 

Je vois partout que les arguments du monde occidental sont d'une très grande pauvreté face à la religion et aux moeurs des Mahométans. C'est un monde qui se moque d'un autre, arguant de sa supériorité, de ses "Lumières", de ses moeurs "libérées", de ses démocraties idéales et même de son christianisme dont il se fout royalement, alors que les vraies moeurs et foi chrétiennes y ont disparu depuis longtemps: celles-ci ne sont plus qu'une idée vague, à laquelle on se raccroche quand le radeau de la méduse va à vau-l'eau dans un océan de crimes légaux: 600 avortements dans l'hexagone le jour des derniers attentats parisiens. De quel côté est la folie? Pour toutes ces choses, j'apprécie cette intervention du Sheikh Imran Hosein par Tesha Teshanovich, le 22 Octobre 2015 en Serbie, que je découvre le lendemain de la fête de saint Colomban! J'en cite un extrait: le Sheik se réfère ici à une prophétie où il est question d'un rapprochement avec les chrétiens.

« Je pose cette question aux musulmans en Bosnie : qui donc sont ces chrétiens dont le Seigneur Dieu a parlé dans le Coran en disant qu'ils deviendront les plus proches des musulmans en amour et affection ? Le Coran continue et les identifie et dit qu'ils seront des gens qui s'accrochent au monachisme et à la prêtrise. De nos jours, dans une partie de la Chrétienté, le prêtre doit se cacher de la police car elle a contre lui 25000 chefs d'accusation de pédophilie. De nos jours, dans une partie de la Chrétienté, les monastères sont maintenant devenus des McDonald's, mais dans l'autre partie de la Chrétienté, les monastères sont encore en fonction, la vie monastique est encore respectée et gardée en haute estime, et le moine a une place spéciale dans le style de vie chrétien. Le Coran continue en disant, au sujet de ces chrétiens qui seront les plus proches des musulmans en amour et affection, qu'ils ne seront pas des gens arrogants. Une partie de la Chrétienté s'est alliée avec une partie des Juifs dans le but de régner sur le monde, la Russie doit donc s'agenouiller devant eux, la Chine aussi, mais l'autre partie de la Chrétienté n'a pas cette arrogance »

Et je pensais à l'ancienne forme de christianisme que mon pays de Bretagne a oublié: si le Sheikh avait connu le monachisme celtique de Bretagne et d'Irlande, sans doute l'aurait-il cité dans son argumentation. Il faut ici rappeler que le monachisme n'est pas réservé aux moines, mais que c'est plutôt le chrétien qui doit s'appliquer à vivre comme un moine (à commencer par les membres de ce qu'on appelle le "clergé séculier"), comme ont voulu le faire dans mon pays tant de communautés vivant à l'ombre des monastères, et qui sont à l'origine de toutes ces paroisses mortes aujourd'hui, ou comme tant de princes européens ont voulu en épouser l'esprit: saint Judicael, saint Eric de Danemark, sainte Brigitte de Suède, saint Louis... Les lann, plou et tre étaient autant de laboratoires de la vie authentique pour Dieu et en Dieu, et qui ont donné leur nom à tant de localités en Bretagne: Lannilis, Ploërmel, Trebeurden... Puis est venu le "Moyen-Age" où quelque chose a basculé: l'organisation et la vitalité monastiques de la société bretonne avaient disparu après les invasions normandes, et les communautés se réfugiaient désormais au pied des hautes tours des forteresses, cependant que les anciennes paroisses gardaient leur nom celtique et qu'une majorité de l'ouest du pays gardait au fond de ses campagnes et la langue et l'esprit de l'ancien réseau Bretagne-Irlande.

*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*

Voir les commentaires

Die irobritische Kirche

par Andrev

Lokemo, Bretagne
Lokemo, Bretagne

*

 

Als irobritische Kirche bezeichnet man das Christentum, wie es im 3. bis 9. Jahrhundert in Irland, auf der Isle of Man, in Brittanien (Großbrittanien und Bretagne) verbreitet war. Die irobritische Kirche war Teil der lateinischen Kirche, deren Hierarchie und Liturgie sie erst zwischen dem 12. und dem 13. Jahrhundert (infolge der normannischen Eroberung Irlands) vollständig übernahm.

Irland war in Europa insofern eine Ausnahme, als sie christianisiert wurden, ohne je Teil des römischen Reiches gewesen zu sein, während Brittanien ihrerseits wenig von der römischen Kultur beeinflußt wurde. Ebenso war Irland und Brittanien, im Gegensatz zum übrigen Europa, von der Völkerwanderung nicht betroffen. Diese Faktoren, die Tradition und die jede Zentralgewalt verhindernde politische Situation trugen wesentlich zur Ausprägung des irobretonischen Christentums bei. Von den damaligen häretischen Bewegungen gelangten der Pelagianismus und der Quartodecimanismus in die Region.

 

Sankt Paul Aurelianus
Sankt Paul Aurelianus

*

Besonderheiten

Das irobritische Christentum weist viele Wesenszüge des vornizäanischen Christentums auf. Die Beschreibungen der Einzelheiten variieren von Quelle zu Quelle. Häufig aufgeführte Besonderheiten sind:

  • verfügte über eine Hierarchie von Patriarchen und Metropoliten.

  • berechnete den Termin für Ostern nach der vor dem ersten Konzil von Nicäa üblichen Methode.

  • ausgeprägtes Mönchtum. Die Klöster legten Wert auf das Bibelstudium, Irland und Brittanien standen im Ruf, „Insel der Heiligen und Gelehrten“ zu sein. Karl der Große lud aus diesem Grund irische Gelehrte an seinen Hof ein. Die Peregrinatio der Mönche, das Verlassen der Heimat um der Mission willen, galt als asketische Übung. Irische und bretonische Mönche trugen die sogenannte transverse Tonsur, bei der die vordere Hälfte des Schädels geschoren wurde.

  • Bischöfe hatten keine Diözesen. Es konnte an einem Ort mehrere Bischöfe geben, und die Bischofsweihe wurde von nur einem Bischof vollzogen. Beispiel: Sankt-Maclau (St-Malo), in der Bretagne.

  • Es gab keinen Zehnten, die Klöster und Priester wurden durch Spenden der Clans unterhalten.

     

Domnonea - Bretagne
Domnonea - Bretagne

*

Verbreitung

Entstanden ist das irobritische Christentum vermutlich im 5. Jahrhundert. Als sich die Römer aus Britannien zurückzogen, hatte das Christentum dort Fuß gefasst. Die irische Kirche, besonders dei Kloster, hatte reichliche Verhälnisse mit den Bretonen, den jenen von der Insel sowie die Ausgewanderten auf dem Kontinent, wo « Klein-Brittanien » gerade gebar : viele brittischen – oder bretonischen – Mönchen fuhrten zur See nach Irland um gelehrt zu werden sowie zu lehren, ebenso kamen die Irlander zu Brittanien und zu Brittania-minor (heutige Bretagne). Die Kelten hatten auch Verbindungen zum Nordwesten Frankreichs. Im Jahr 431 schickt Papst Coelestin I. den Bischof Palladius als Missionar nach Irland. Ihm folgte der Brite Patricius, der als heiliger Patrick verehrt wird (der berühmte Bretone, der die Irländer evangelisierte).

Irische Missionare brachten das Christentum bis in die Schweiz, nach Italien und Galicien, nach Island und zu den Färöern. Papst Gregor der Große wies die irischen Missionare 601 an, die im Volk verehrten alten heidnischen Kultstätten nicht zu zerstören. Man solle diese Orte mit Weihwasser besprengen, Altäre oder Kapellen errichten und Reliquien in die Altäre einbetten.

In Frankreich, Belgien, Luxemburg, Deutschland, Österreich und der Schweiz waren Lumieges, Péronne, Laon, Auxerne, Luxeuil, Lüttich, Echternach, Köln, Trier, Fulda, Amöneburg, Würzburg, Klingenmünster (Pfalz), Regensburg, Rheinau, Reichenau, Salzburg, Wien, St. Gallen, in Italien Bobbio, Friesolo und Lucca die wichtigsten Stätten der irischen Mission. Sie begann im heutigen deutschsprachigen Raum bereits 563 in St. Gallen. Nach heutigem Kenntnisstand wurden die Kirchen und Kapellen in Deutschland (etwa in Würzburg, Büraburg und Amöneburg im von Chatten besiedelten Hessen) ab dem 7. Jahrhundert von irischen Mönchen errichtet.

Im 8. Jahrhundert übernahm das iroschottische Christentum (aus Irland und irische sich in Nord-Brittanien niedergelassenen Mönchen) die effizientere Organisation und Hierarchie der römisch-katholischen Kirche. Der hl. Bonifatius schuf auf Weisung des Papstes in Deutschland neue Bistümer und erweiterte unter anderem das Bistum Mainz, dessen Bischof er um 745 wurde.

Auf der Synode von Whitby übernahm die englische Kirche das Osterdatum von Nizäa und den römischen Ritus. In der Bretagne wurde die Regel des hl. Columban erst im 9. Jahrhundert durch die Benediktusregel ersetzt, als der Kaiser Ludwig II der Fromme den Abt Matmonoc dazu zwunge, die keltischen Kirchensitten aufzugeben. Die iroschottische Prägung wurde ihrerseits zu Beginn des 12. Jahrhunderts (Synode von Rathbreasail) sukzessiv angepasst und nach der Eroberung Irlands durch Heinrich II 1172 vollendet.

 

 

Ar Brugeier, Bretagne
Ar Brugeier, Bretagne

*

Die Bedeutung der irobritischen Kirche für die kontinentale Kulturgeschichte

Neben der missionarischen Bedeutung der irobritischen Mission für das europäische Festland hatte diese auch Einfluss auf dessen Kunst und Philosophie. Die irischen Klöster, ebensowie die vom doppelten Britannien (Insel und Bretagne), die durch die Völkerwanderungswirren nicht zerstört wurden, bewahrten viele antike Handschriften. Sie verfügten schon im 7. Jahrhundert über eine hoch entwickelte Buchmalerei, aus der z. B. das Book of Lindisfarne und das Book of Kells hervorgingen. Durch die iroschottische Mission verbreiteten sich diese Handschriften auf dem europäischen Festland, wo dann die Skriptorien der Klöster Luxeuil und Corbie bereits im 8. Jahrhundert einen guten Ruf genossen. Unter anderem von diesen Skriptorien ging die karolingische Renaissance aus.

Die Schriften Alkuins trugen wesentlich zur Vermittlung der in Irland und Brittanien bewahrten lateinischen Bildung im England und Frankenreich bei; zu nennen sind auch die philosophischen Werke des Johannes Scotus Eriugena.

Der kulturelle Einfluss der „Schottenklöster“, in denen tatsächlich irische Mönchen wohnten, etwa auf die Städte Würzburg, Regensburg oder Wien, zeigt sich heute noch in der Arbeit deutsch-irischer Freundschaftsgesellschaften. Das in diesem Zusammenhang bedeutendste Kunstwerk ist wohl das Schottenportal der Regensburger Schottenkirche mit seinen 144 Figuren, die sich um Christus gruppieren. In Wien zeugt das Schottenstift, eigentlich die Benediktinerabtei Unserer Lieben Frau zu den Schotten, vom Wirken der iroschottischen Mönche. Im Messbuch des Bistums Soissons, in Frankreich, steht eine Fest « unserer Irischen Grunsetzer », das jedes Jahr zelebriert wird. In Frankreich auch besteht es bei Luxeuil, wo sankt Colomban ein Kloster baute, einen wirkenden kulturellen Verein, die die Wiedererkennung des keltischen Monachismus in der Geschichte von Europa und seinen damals wesentlichen Einfluss fördert (Les Amis de Saint-Colomban).

Säckingen, Bade

Säckingen, Bade

Heilige

Heilige, die zum keltischen Christentum gehörten, sind unter anderem:

 


 

Sankt Fridolins Wanderungen
Sankt Fridolins Wanderungen

*

St-Brendan's - Aranmore (Irland)
St-Brendan's - Aranmore (Irland)

*

*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+

Voir les commentaires

Gouriz ar Werc'hez

par Andrev

publié dans Breizh , Bretagne , Feiz , Foi

La ceinture de la Vierge à Quintin

 

 

"Au commencement du Vème siècle, le culte des Reliques de la Sainte Vierge apparaît avec éclat dans l'Eglise, comme une pratique consacrée par la Tradition. Entre tous les objets qui avaient appartenu à la mère de Dieu, le piété populaire semble distinguer ses Ceintures. Quelques-unes ont passé de Jérusalem à Constantinople, et plus tard en Occident, où les plus illustres sanctuaires se sont fait gloire d'en posséder les moindres morceaux : Aix-la-Chapelle, Bruges, Le Puy-Notre-Dame... Quoi qu'il en soit, Henri d'Avaugour, comte de Goëllo, et son frère Geoffroy Boterel, seigneur de Quintin, prirent la croix et partirent ensemble pour la Terre Sainte, sous la conduite du roi Saint Louis (1248). Croisade malheureuse ! Les deux frères n’échappèrent à la mort que par une protection particulière de Saint François d'Assise. Serré de près par les Sarrasins, Henri d'Avaugour fit le voeu de fonder un couvent de Frères mineurs dans son palais de Dinan et de s'y consacrer lui-même au service de Dieu, s'il revenait sain et sauf : ce qu'il réalisa en 1251 ; et vers 1278, il embrassa la règle franciscaine. Quand Geoffroy Boterel reprit la route de l'Occident, il rapportait avec lui une Ceinture de Marie comme récompense de ses services. Il la tenait sans doute du Patriarche de Jérusalem, Robert de Saintonge qui, ancien évêque de Nantes, compagnon d'Henri d'Avaugour dans une précédente croisade et persécuté comme lui par le Duc de Bretagne Pierre Mauclerc, ne pouvait manquer d'être libéral des richesses de son église en faveur d’un chevalier breton de ses amis. De retour dans son pays, Geoffroy Boterel déposa son précieux trésor dans la chapelle de son château de Quintin. Cette origine était attestée par des actes authentiques conservés, jusqu'à l'incendie de 1600, dans le trésor de la Collégiale de Quintin. Ajoutons que le pieux croisé, éclairé sur les vanités du monde, se retira dans le couvent des Cordeliers de Dinan, fondé par son frère. Quelques années plus tard, ils y furent inhumés. L'arrivée de la Ceinture de la Vierge à Quintin n’avait pu manquer d'être un événement, dans un siècle où la foi était si vivante. Elle fut déposée d’abord dans la modeste chapelle du château. Mais vers la fin du XIVème siècle, le dernier des Boterel, Geoffroy V et sa femme Béatrix de Thouars construisirent une église plus vaste près de leur château. En 1405, une bulle du pape Benoît XIII transforma en Collégiale l'église castrale. Elle fut ensuite agrandie, remaniée, sans grand souci d'unité : elle subsista jusqu'en 1879. Elle fut desservie d'abord par un collège de cinq chapelains et plus tard par un chapitre de douze chanoines, aidés de six enfants de choeur. C'est dans ce cadre que se développa spontanément la dévotion à Notre Dame de Délivrance. Les femmes enceintes prirent l'habitude de demander à cette précieuse Relique une protection contre les périls de la maternité. Des grâces nombreuses encouragèrent cette dévotion et la renommée de la sainte Ceinture se répandit dans toute la Bretagne. Des pèlerins de marques tinrent à la vénérer à l'égal des mamans. Au XIIIème siècle, le grand saint breton Saint Yves, avec un groupe de ses paroissiens de Louannec, vint s'agenouiller dans la modeste chapelle dont G. Boterel avait fait comme le reliquaire de la Ceinture de Marie. Plus tard on construisit, en souvenir de ce pèlerinage, une chapelle près de la rue des Degrés, qui existe toujours. En 1418, le grand saint catalan, Saint Vincent Ferrier s’arrêta à Quintin, évangélisa le peuple et vénéra la Relique de la Vierge. Un vitrail dans l'abside rappelle ce passage. On sait que la bienheureuse Françoise d'Amboise, duchesse de Bretagne, sollicita de Tristan du Périer, comte de Quintin, et du Chapitre de Notre-Dame, une petite portion de cette relique vénérée. Elle fut exaucée vers 1451 (F. Potier)."

 

Gouriz ar Werc'hez
Gouriz ar Werc'hez
Gouriz ar Werc'hez
Gouriz ar Werc'hez
Gouriz ar Werc'hez
Gouriz ar Werc'hez

Voir les commentaires

Eskopti kozh Sant-Mac'hlow

par Andrev

L'ancien évêché de Saint-Malo

Hen eskopti Aled-Sant-Mac'hlow-"in Poutrocoet"- a voe lamet gant mistri an Dispar Gall - ar gouarnamant kenkoulz hag an Iliz gall - goude bezañ manet nav c'hant bloaz bennak evel unan eus frammoù startañ ar vro-Vreizh dreist darvoudoù lies an istor ha daoust da enebiezh dalc'hus ar rouantelezh frank. Gant homañ e voe peurgallekaet buan an eskopti e reter hini Aled - hini Roazhon - ha da heul un lod bras eus e amezion malouek, hogen e vanas gant ar re-mañ ar yezh keltiek pell amzer-  betek an XVIIet kantved zoken moarvat er c'hêriadennoù dilezañ, e kornioù zo eus ar pevar bro a ya d'ober an eskopti: Paou-Aled, Paou-Douvr, Paou-Oc'h, Paou-C'hoed.

 

**************************

Das ehemalige Bistum von Sankt-Maklau (bretonisch: Sant-Mac'hlow; franz. Saint-Malo) entstand anläßlich der Auswanderung der Bretonen aus Großbrittanien zu dem Kontinent. Es ist etwa 900 Jahre gedauert, bis zur französischen Revolution, dann wurde es zwischen drei revolutionäre Bistüme (den Departamenten anpassend) zerrissen. Ich hoffe, daß es wieder hergestellt wird; es ist wie eine Oma, nach der ich viel Sehnsucht habe, und es nahm - und nimmt - zur Identität  meiner Heimat teil. Vor der Revolution bestand neun Bistüme, nun besteht es nur fünf. Alle sinnlose Evolution ist keine Wahreit, und Gott gibt uns zurück, was uns gestohlen worden ist, wenn wir darauf keinen Haß gefaßt haben.

 

***********************

L'ancien évêché de Saint-Malo fut supprimé à la révolution française, après près de 900 ans d'existence. Comme région de l'est de la Bretagne, il résista moins longtemps à la francisation, mais il continua cependant à parler la langue celtique pendant longtemps, sans doute  jusqu'au XVIIe siècle pour les localités les plus résistantes. Il se départage entre quatre pays principaux: Alet (Saint-Malo, Cancale), Poudouvr (Dinan), Oc'h (Bécherel), Porhoët (Ploërmel). Les évếchés et les petits pays qu'ils contenaient furent en Bretagne parmi les cadres les plus stables au fil de l'histoire, contrairement aux entités politiques. L'ancien évếché de Saint-Malo est actuellement à cheval sur 3 départements-évêchés de la république française.

Evit gouzout pelloc'h...

Pour en savoir plus

http://arzhmael-3.over-blog.com/2013/11/sant-mac-hlo%C3%B9-1.html

*************************************************************

Voir les commentaires

Sant Efflam

par Andrev

Sant Efflam

*

Sant Efflam

*************

 

Efflam était fils unique d'un roi d'Irlande; il est né en 448.

Circonstances : Son père soutient une guerre opiniâtre contre un souverain saxon de l'Heptarchie1. Voilà près de 15 ans que Maewyn Succat, saint Patrick, évangélise l'Irlande. L'ile de Bretagne est en but avec les Saxons. Le futur roi Arthur nait peu après Efflam. Relations étroites et chaleureuses entre les Eglises d'Irlande et de Bretagne. La « Petite-Bretagne » est en plein essor en Armorique. Saint Brieuc est l'élève de saint Germain, en Gaule, puis retourne sur l'ile.

Les Saxons font enfin la paix avec les Irlandais, et le père d'Efflam marie son fils à une princesse saxonne, Enora. Mais Efflam était attiré par la vie érémitique, suivant l'exemple de pieux cénobites de son pays. Efflam veut faire aussi plaisir à son père et épouse Enora, mais « se décida à fuir avec ses amis dévoués, s'il ne pouvait déterminer son épouse à garder la virginité. Il fit préparer un vaisseau, pour s'en servir au besoin. La pieuse Enora consentit à garder la continence ; ce qui enhardit son époux à découvrir son dessein de quitter la cour. La princesse en parut affligée ; mais Efflam la voyant bientôt assoupie, courut au navire »2.

Avec ses compagnons, il joignit l'Armorique, à Roc'h Glas (entre Plestin et Saint-Michel), quand « un dragon sortit de la forêt voisine et vint à reculons vers une caverne située au pied du rocher. D'après la chronique, ce monstre désolait la contrée, et personne n'avait osé l'attaquer. » Dom Garaby nous apprend encore que le roi Artur, qui régnait alors sur les deux Bretagne – bien que les Saxons aient envahi l'est de l'ile – vint au secours de son cousin Efflam : « Pendant ce combat, le prince irlandais et ses compagnons priaient pour leur vaillant défenseur. Artur enfin extermina le cruel animal. Le vainqueur se sentant très altéré, Efflam fit une fervente oraison et le signe de la croix, frappa de son bourdon un rocher voisin ; il en jaillit soudain une fontaine limpide, où le héros étancha sa soif. Cette source miraculeuse se voit à Toul-Efflam, à l'extrémité occidentale de la lieue de grève (…)

« Efflam, en mémoire de sa délivrance, planta une croix de pierre sur le lieu du combat, fonda un ermitage près de la fontaine et s'y fixa avec ses disciples. Il ne prenaient pas de nourriture le lundi, le mercredi et le vendredi, tant ils estimaient la mortification. »

Alors, Enora fit aussi la traversée de la mer, dans « un de ces légers bateaux de claies d'osier, couverts de cuirs cousus, dont les Celtes faisaient usage ». Elle débarqua à Koz-Yeoded, là où quelque 400 ans plus tôt vint de l'ile de Bretagne une une communauté chrétienne d'Hébreux et de Bretons dirigés par Drennalus, disciple de saint Joseph d'Arimathie. Albert le Grand nous conte comment Drennalus aborda d'abord « à Morlaix, vers l'an 72, en convertit les habitants et alla bientôt planter la croix à Léxobie où il établit son siège », c'est à dire au Coz-Yaudet, là où vint elle-même Enora, l'épouse d'Efflamm. « Ayant appris qu'Efflam était à deux lieues de là, elle s'y rendit, poursuivie par le jeune gouverneur de Lexobie, qui voulait la corrompre ; mais, touché d'un prodige qu'Efflam fit en sa faveur, il se convertit et donna au saint et à ses compagnons le terrain qu'ils occupaient, et tout ce qui leur serait nécessaire dans ses domaines.

« Efflam construisit pour Enora une cellule à quelque distance de sa retraite. Elle y vécut quelques années comme un ange, sans regarder aucun homme en face, et n'ayant avec son mari qu'un commerce spirituel ; puis elle alla finir sa vie dans le monastère de Lanninok, près de Lorient »

Efflam mourut en 512. Son tombeau fut retrouvé par un pieux ermite qui entretenait, en 994, qui  balayait et ornait par dévotion la grotte où Efflam priait. Toutes les fois qu'il balayait le sanctuaire, des gouttes de sang suintaient à travers des dalles. Informé de ce prodige, l'évêque ordonna des prières publiques et fit creuser à l'endroit d'où sortaient ces gouttes de sang. Les fouilles firent découvrir, à une très petite profondeur, un cercueil et des inscriptions indiquant que le corps qui y était renfermé était celui de saint Efflam, mort le 6 novembre 512, et enseveli par ses religieux dans cet endroit retiré. Le transfert des restes mortels d'Efflam dans l'église paroissiale de Plestin fut alors effectué par l'évêque de Tréguier, le 6 novembre de l'an 999, dit-on, avec une pompe digne d'un saint et d'un fils de roi. Le tombeau date de 1550 où il y est présenté en seigneur avec sceptre et couronne.


 

1Heptarchie, du grec hepta = sept, et arkhè = puissance, nom sous lequel on désigne les sept royaumes fondés en Bretagne par les Angles, les Saxons et les Jutes, du milieu du Ve siècle de J. C. à la fin du VIe. Ces royaumes étaient ceux de Kent, de Sussex, de Wessex, d'Essex, d'Est-Anglie, de Mercie et de Northumbrie, comprenant ceux de Déirie et de Bernicie. De ces petits royaumes, réunis d'abord par Egbert, au commencement du IXe siècle, sous la suprématie du royaume de Wessex, Athelstan forma en 958 le royaume d'Angleterre.

2Dom Garaby

Voir les commentaires

God save the Duke !

par Andrev

"L’avidité des Français est prodigieuse. Ils ne peuvent se rassasier d’or et d’argent, ils se jettent sur notre Bretagne pour nous voler nos rentes et nos biens… Et encore cela ne les satisfait pas : ils veulent maintenant nous mettre en perpétuel esclavage» Jean IV, Duc de Bretagne

God save the Duke !

« Messire Jean de Montfort, Duc de Bretagne, revient de son exil en Angleterre en 1379 et débarque à Dinard[1] le 3 Août. Dans la petite anse l’attendent une foule de princes et petites gens accourus dans l’enthousiasme général »[2]

Une « Guerre de Succession » eut lieu en Bretagne. Quand le duc Jean de Montfort meurt en 1345, c’est son fils Jean, qui à cinq ans, hérite du Duché. Mais au Duché, tout le monde n’est pas d’accord; c’est alors que les rois d’Angleterre et de France s’en mêlent, convoitant depuis toujours la Bretagne. Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre sont du parti français; le duc Jean, devenu grand, combat avec son épouse Jeanne de Flandres, avec force renforts anglais. Au terme du conflit, la première Jeanne « accepte que Jean de Montfort devienne le duc Jean IV sous condition que la couronne ducale revienne à ses descendants si jamais la dynastie des Montfort manque d'héritier ». Un siècle et demi plus tard, le roi de France ayant racheté les droits des Penthièvre, et Anne de Bretagne, descendante Montfort, n’ayant pu avoir d’héritier pour la Bretagne, le duché fut récupéré de fait par le français, à grand renfort d’armes: la duchesse Anne est assiégée dans Rennes, Ploërmel résiste jusqu’au bout aux troupes françaises (et elle le paiera cher), tandis que Dinan ouvre ses portes sans aucune résistance, malgré les vastes travaux de renforcement des remparts qu’avaient entrepris le père d’Anne, le Duc François II.

Revenons à la guerre de succession. A la fin, il y eut un événement inattendu.  Le Duc Jean s’était exilé en Angleterre, quand les Bretons se ressentirent d’une grande menace : le roi de France était sur le point d’envahir définitivement le Duché. Alors, d’un seul cœur, amis et ennemis du Duc Jean oublièrent les divisions et rappelèrent leur souverain qui débarqua à Dinard le 3 août, sous les acclamations d’une grande foule venue de toutes les Bretagne : Léon, Nantes, Vannes, Saint-Malo... tous étaient là. Jean, une fois rendu à Dinan le 9 août 1379, les « Etats de Bretagne se réunissent dans la salle capitulaire des Jacobins pour entendre le nouveau duc Jean IV dire tout le bien quil pense des forces occu­pantes" [3]:

 

"L’avidité des Français est prodigieuse. Ils ne peuvent se rassasier d’or et d’argent, ils se jettent sur notre Bretagne pour nous voler nos rentes et nos biens… Et encore cela ne les satisfait pas : ils veulent maintenant nous mettre en perpétuel esclavage.»

 

A Dinard, une plaque commérative du débarquement glorieux du Duc Jean se trouve près de la grève. Jean y est représenté très noble, comme un nouveau roi Arthur (image ci-dessus).

 

Bevet an Dug !

God save the Duke !

 

*

 


 

God save the Duke !

[1] Lann-IudUuret, ancienne paroisse de Sant-Tenogad

[2] « Toute l’histoire de Bretagne », Skol Vreizh – 2003.

[3] « L’Histoire en Héritage – Dinan » Peter Meazey – Yvon Blanchot (2002 - Editions Communicom. En vente dans les librairies de Dinan; à lire absolument.

Voir les commentaires

Ar Gouzoumenn

par Andrev

Ar Gouzoumenn

La Confirmation

 

(p. 92) « En Moi, Verbe de Dieu, il n'y a pas de passé ni de futur. Je suis l'Instant dans lequel tout est présent. J'ai donné aux hommes tous les moyens nécessaires pour se sauver et se défendre de tous les maux, qui ont comme origine Satan, le prince des ténèbres qui veut tout enténébrer.

Les sacrements, fruits précieux du Mystère de ma Rédemption, Je les ai voulus et les ai liés au ministère de l’Église pour votre salut. Parmi ces sacrements, J'ai voulu la Confirmation pour faire de chaque baptisé un vrai soldat, avec des armes adéquates, avec une livrée indestructible appelée « caractère ». Cette livrée caractérise le confirmé comme soldat et le distingue de ceux qui n'ont pas reçu ce sacrement."

(p. 91) "Quand j'ai institué les sacrements, Je connaissais le besoin que les chrétiens en auraient. Ce besoin n'a jamais diminué ; au contraire, on peu dire qu'aujourd'hui pour vous il a augmenté en proportion de la rapide transformation de la société patriarcale, agricole ou pastorale, en société industrielle.

L'industrialisation a apporté une plus grand richesse aux peuples et aux familles. J'ai dit une plus grande richesse, non pas un plus grand bien-être. Elle vous a apporté un plus grand confort matériel, mais non pas une plus grand bonheur. Elle a apporté de grands et étonnant moyens de communication, mais non pas une plus grande union des coeurs. Au contraire, à travers tous ces moyens, mal utilisés, une impressionnante contagion de maux spirituels et moraux afflige l'humanité moderne."

(p. 93) "Le soldat est celui qui doit lutter pour défendre sa personne et le sol de la patrie, ce qui revient à dire la famille, la langue, la culture et toutes les valeurs de la civilisation dans laquelle sa vie est enracinée.

On doit en dire autant du chrétien devenu spirituellement adulte par Confirmation, sacrement institué par Moi, devenu soldat pour être précisément en mesure de lutter contre toutes les froces adverses lancées contre lui par l’État-major de l'enfer, c'est-à-dire Lucifer, Satan et Belzébuth, de sorte que, combattant avec des armes adéquates, il puisse repousser toutes les attaques dirigées contre lui et l’Église, sacrement de salut placé dans le monde pour accueillir dans son sein les âmes blessées par le péché originel, et pas seulement originel, et pour que l’Église puisse guider cette grande armée vers la Terre Promise, la véritable Patrie, c'est-à-dire la Maison du Père commun qui n'a pas hésité pour votre salut à envoyé sur la terre son Fils bien-aimé pour mourir sur la Croix.

Les confirmés, par conséquent, ne doivent pas seulement combattre pour leur défense personnelle, mais aussi pour la grande Famille de Dieu, l’Église. Ils ont été dotés, en effet, d'un merveilleux «uniforme » dont ils doivent toujours être fiers, un uniforme indestructible qui, une fois revêtu, restera éternellement. »

 

Confidences de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles, données à Monseigneur Ottavio Michelini - Ed. du Parvis CH-1648 Hauteville / Suisse

Ar Gouzoumenn

Voir les commentaires

Charles de Gaulle et l'Irlande

par Andrev

publié dans Breizh , Bretagne , Brezhoneg

 

« Dans l'intérêt de sa véritable indépendance, mieux vaudrait pour l'Irlande parler le gaélique sous le joug saxon que de subir la langue anglaise avec une liberté politique complète. »

Charles de Gaulle - 1864

 

 

« A great poet adds to the wealth of a fine idiom, but who shall say how much that idiom suggests to genius ? » Julia Kavanagh : Conquered langages. Modern provençal (Hibernian Magazine – oct 1860)

« Un grand poète ajoute à la richesse d'une langue, mais qui pourrait dire jusqu'à quel point la langue peut inspirer le poète ? » Qui pourrait dire combien d'oeuvres originales, capables d'enrichir le trésor commun de l'humanité, ont été étouffées sous l'agonie des langues destinées à leur servir d'expression ?

« La langue d'un peuple est le produit spontané de son esprit. Elle varie dans la même mesure que le peuple varia lui-même ; elle est, à chaque point du temps, la résultante mobile de ses facultés natives, de ses vicissitudes passées, de ses dispositions présentes. Une langue résume un peuple tout entier, elle est ce qui lui appartient le plus en propre. C'est un moule qui reçoit l'empreinte du caractère distinctif d'une nation, et qui, à son tour, imprime peu à peu ce caractère aux esprits qui y enferment habituellement leurs pensées. Aussi est-ce un spectacle singulier et triste que de voir les Irlandais accuser et maudire l'Angleterre presque toujours dans la langue de l'Angleterre même. C'est à un instrument crée par le génie saxon qu'ils essayent de faire dire les louanges du génie celtique. Qu'ils y prennent garde ! On ne saurait ainsi se mettre impunément en communion de tous les instants avec ce qu'il y a de plus vivant dans l'âme d'une race étrangère. On ne coule pas impunément ses pensées dans un moule pris sur une pensée ennemie.

« Tant qu'un peuple vaincu parle une autre langue que son vainqueur, la meilleure part de lui-même est libre encore. Sa vie nationale garde un inexpugnable asile et l'esprit étranger reste sans action sur lui. Son corps peut être enchaîné, mais son intelligence et son âme échappent à la servitude. Si, au contraire, il a adopté la langue de l'envahisseur, il est conquis moralement et peu importe que la conquête matérielle suive ou non l'autre de près. Je ne craindrai pas de le dire : dans l'intérêt de sa véritable indépendance, mieux vaudrait pour l'Irlande parler le gaélique sous le joug saxon que de subir la langue anglaise avec une liberté politique complète. »

Revue de Bretagne & de Vendée – Les Celtes aux XIXe siècle – Appel aux Représentants actuels de la race celtique – Charles de Gaulle – Nantes 1864

Charles de Gaulle et l'Irlande

Voir les commentaires

Ottavio Michelini

par Andrev

publié dans Feiz , Foi

"La vie moderne n'a pas de temps pour la vie intérieure, affaiblissant et très souvent tuant le germe de la grâce, et en même temps éblouissant les âmes par l'éclatante fascination qu'exercent sur les coeurs les produits de l'actuelle civilisation. La tromperie et le mensonge concourent à matérialiser la vie, à vous faire oublier que le pèlerinage terrestre ne doit pas être considéré comme une fin en lui-même, mais doit être ordonné à l'éternité pour laquelle vous avez été créés.

Par ce terrible jeu, préparé et réalisé avec une astuce raffinée, l'Ennemi de Dieu et de l'homme a réussi à faire dévier la société sur une pente tragique en détournant des peuples entiers de la voie du bien, en impliquant dans ce jeu l’Église elle-même."

 

E-pad pevar bloavezh e voe fiziet gant Jezuz da Ao 'n Eskob Ottavio Michelini kemennoù a vez displeget ar bed hag an Iliz enno, kelennadurezh ar Feiz hag he fleustradoù, hag ur sell war an droug ha silvidigezh an eneoù.

Ottavio Michelini

Durant quatre ans, Monseigneur O. Michelini reçoit les confidences de Jésus et son message analyse le monde et l'Eglise, les enseignements religieux, les pratiques, la vision du mal et le salut des âmes.

Voir les commentaires

Se mettre en présence de Dieu

par Andrev

Se mettre en présence de Dieu

 

La Vierge Marie, dans ses messages à Medjugorje, un petit village croate d'Herzégovine, insiste sur la prière du coeur. Qu'est-ce à dire ?


Voici ce que disait Notre Seigneur à Mgr Ottaviani, dans les années 70 :


« Mon fils, écris : « Je suis le Seigneur ton Dieu ; tu n'auras pas d'autre Dieu en dehors de Moi ! »
Ecris encore : « Aime le Seigneur ton Dieu de tout coeur, de toute ton âme, de tout ton esprit. »
Ces commandements, vous vous êtes habitués à les écouter comme on écoute le son des cloches qui chaque jour font entendre leurs tintements. Tous les entendent, mais presque personne n'en fait cas ; de même les commandements demeurent lettre morte, tandis qu'ils devraient être vivants dans vos coeurs.
J'ai voulu ce préambule pour te faire saisir que l'on prie mal, même chez le petit nombre qui prie. Très peu nombreux sont ceux qui prient bien, étant donné qu'il est impossible de prier si l'on ignore le premier commandement ; pire encore si, le connaissant, on l'oublie. Se mettre en présence de Dieu veut dire accomplir une série d'actions spirituelles, essentielles pour une bonne et efficace prière. Il faut faire un acte de foi qui élève l'âme jusqu'à Lui, ce qui veut dire entrer en contact spirituel avec Dieu, Un et Trine.
A cet acte de foi font suite, nécessairement, des actes d'humilité, de confiance et d'amour, qui servent à intensifier le contact avec Dieu. Ces actes sont indispensables pour une bonne prière, parce qu'ils empêchent un exercice purement mécanique qui répugne à Dieu. Moi Je me détourne de ceux qui m'honorent seulement des lèvres et non du coeur.
Malheureusement, ils sont nombreux, parmi les quelques-uns qui prient, ceux qui ne prient que machinalement, se flattant eux-mêmes d'avoir accompli un devoir qui en réalité n'a pas été accompli.
 »


Ainsi Notre Seigneur nous invite à une gymnastique,  une discipline, qui, finalement, nous conduise à bâtir une culture de vie, essentiellement basée sur nos rapports avec Dieu. C'est ce que veut l'Eglise, c'est ce qu'EST l'Eglise dans son essence, c'est ce qu'avaient voulu nos anciens moines.
Le monachisme posait une condition préalable aux rapports avec Dieu : ceux-ci se devaient d'être favorisés par un environnement porteur, c'est à dire la simplicité d'une nature à la configuration souvent grandiose et glorieuse, paisible et silencieuse, comme la mer, la montagne ou la forêt : ce fut ainsi le cas de nombre de nos sanctuaires en Bretagne. Curieusement, les Cisterciens, au lendemain du Haut Moyen-Age, se mirent à bâtir au fond des vallées, dans les marécages, ce qui se vérifie cette fois-ci encore dans notre pays, où nombre de chapelles se trouvent à l'endroit même où les traditions païennes privilégiaient certains de leurs cultes.


Un environnement porteur donc : tout le contraire de l'agitation actuelle qui règne chez les hommes.  
C'est que le monde doit être à l'image du Coeur Très Aimant, un effet visible de ineffable mouvement. Au coeur de ce monde, Il a placé celui de sa créature très aimée : l'homme. Mais l'homme, pour garder sa place comme roi du monde, devait conserver le lien essentiel, primordial, avec celui le Coeur qui l'avait créé. « Pas du tout ! » commença de murmurer gentiment le Tentateur. Histoire que le monde actuel prend pour une fable.


Contact avec le coeur, premier contact rétabli par le Baptême, puis nourri par les éducateurs, parents, amis, religieux et Prêtres, puis que l'enfant confirmera par sa propre volonté et intelligence, au moment de la Confirmation. Toute une école.
Ici, Notre Seigneur parle du premier mouvement responsable que tout homme doit apprendre, cultiver, aimer : la prière. Prière à genoux, position d'humilité : « Je Suis » dit le Seigneur. Comment entendre cela sans une profonde inclination ?
Mais il y a une prière qui précède la nôtre : c'est celle du Christ et de tous les Saints du Ciel et du Purgatoire. Nous devons l'offrir à Dieu, quand nous nous agenouillons devant Lui, car elle est un premier gage d'entrée dans ce mouvement réciproque des coeurs. C'est comme un bouclier qui nous ouvre un passage vers le Coeur Très Aimant.


Et encore avant la prière, n'oublie pas : c'est Dieu, toujours, qui fait le Premier Pas. Sois heureux de cela. Que cela rende ta prière plus spontanée, pleine de confiance, une précipitation d'enfant dès qu'il aperçoit ses parents.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>