Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec domnonee

Drapeau de Saint-Malo

par Andrev

publié dans Breizh , Bretagne , Devnon , Domnonée , Sant-Mac'hlow , Britain , Saint-Malo , sant Mac’hloù hag e vro * Saint Malo et son pays Ou la Bretagne endormie

« En 2006, l'a­s­sociation Ban­nieloù Breizh a adopté un dra­peau, basé sur des pavillons his­to­riques de Saint-Malo mais tombés en dé­sué­tu­­­de, ce qui permet de ne pas faire de lien direct avec la ville elle-même », mais avec le pays homonyme qui l'entou­re, à savoir les trois anciens terri­toi­res ecclé­sia­sti­ques de Paoualet, Paoudouvr et Paou­tré­coet. Les 3 hermines des can­tons 2 et 3 repré­sentent 3 des 4 composantes histori­ques principales: le Clos-Poulet = le pays d'Alet, autour de Saint-Malo-de-l'Île ; le Poudouvre (au­tour de Dinan), et le Porhoët (toute la partie sud autour de Ploërmel). Une quatrième hermine pourrait s’ajouter pour le Bro-Orc’h (Plouasne-Bécherel). Le liseré jaune bordant la croix, allié au rouge, rappelle également les couleurs héraldiques de ces trois entités (jaune et rouge sont les couleurs de Saint-Malo, de Dinan et du Porhoët (qui se retrouvent sur les blasons des grandes familles princières: Porhoët, Dinan...). Dans le canton rouge, l'hermine a été rajoutée pour identifier pleinement la ville de Saint-Malo, mais c’est aussi un symbole ducal, quand il figure au naturel. On trouve aussi souvent figurée l’hermine malouine courant sur une herse; cette herse est liée à un événement précis.

 

 

Drapeau de Saint-Malo

Voir les commentaires

Gwener Santel

par Andrev

publié dans Feiz , Foi , Domnonée , sant Mac’hloù hag e vro * Saint Malo et son pays Ou la Bretagne endormie

Plouarzhmael / Ploërmel, évếché de Saint-Malo

Plouarzhmael / Ploërmel, évếché de Saint-Malo

Evit sklerijennañ a re azezet en deñvalijenn hag e skeud ar marv

(Kantik Zakarias)

 

Voir les commentaires

Bro-Sant-Maloù

par Andrev

publié dans Breizh , Bretagne , Evit bevañ gant levenez , Domnonée , Sant-Mac'hlow , Saint-Malo , inculturation , sant Mac’hloù hag e vro * Saint Malo et son pays Ou la Bretagne endormie , De Excidio et Conquestu Britanniae

Bro-Sant-Maloù

Au lendemain de la Révolution, le 29 novembre 1801, les diocèses bretons sont réorganisés afin de faire correspondre les limites diocésaines à celle des départements: il ne fallait donc plus que 5 diocèses, 4 devant être supprimés, dont celui de Saint-Malo: l'est et l’extrême nord de son territoire avec la ville de Saint-Malo seront incorporés au diocèse révolutionnaire n°35 (Ille-et-Vilaine), tandis que l'ouest (Dinan) sera rattaché au n°22 (Côtes-du-Nord) et le sud (Ploërmel) au n°56 (le Morbihan, qui vient d'être béni par son évêque, celui-ci perpétuant ainsi l’œuvre funeste de l’Église concordataire). De nos jours, les gens de Ploërmel se disent "morbihannais" et son fiers de l'être. D'autres, qui ont réchappé à l'intox par miracle, se sentent toujours Malouins et Domnonéens, au-delà de l'oubli.
Le saint patriarche Malo a son image et ses reliques dans nombre d'églises et de chapelles du même pays qui porte son nom. Pourtant, même en la cathédrale bâtie à l'emplacement de son monastère, près de la chapelle où ses reliques reposaient, on n'entend plus prononcer son nom, mais les nouvelles assemblées d'Ille-et-Vilaine et autres cercles morbihannais, ont d'autres choses auxquelles rêver: une nouvelle histoire, enfin libérée de l'ancienne, un nouveau pays, sans frontières, un nouvel homme, sans le Dieu qu'il avait inventé.

Lézonnet, Loyat (Ploërmel)

Lézonnet, Loyat (Ploërmel)

« Devant ce que leur impose le destin, les Européens n’ont pas d’autre choix que de rompre avec la fatalité et de revenir à leurs sources primordiales. A l’exemple de Perceval, il leur faut, dans la forêt des symboles, redécouvrir leur tradition pour y chercher les étalons d’une vie qu’ils peuvent faire différente.

Faire une œuvre de vie de ce qui était lettre morte, comprendre ce que l’on est, découvrir comment vivre et agir selon notre tradition, voilà notre tâche. Ce n’est pas seulement un préalable à l’action. La pensée est action."

Voir les commentaires

Sant Mac'hloù hag e vro (1)

par G.G.M.

publié dans sant Mac’hloù hag e vro * Saint Malo et son pays Ou la Bretagne endormie , Sant-Mac'hlow , Saint-Malo , sent Breizh , saints de Bretagne , Saint Malo et son pays , Devnon , Domnonée , Feiz

Guer, ancien évêché de Saint-Malo
Guer, ancien évêché de Saint-Malo

Saint Malo et son pays

Textes choisis

Textes choisis

 

1 E gwirionez, e gwirionez, me a lavar deoc'h, an hini na da ket e kraou an deñved dre an nor, met a bign dre ul lec'h all, a zo ul laer hag ur brigant. 2 Met an hini a ya dre an nor, eo mesaer an deñved. 3 Ar porzhier a zigor dezhañ an nor, hag an deñved a glev e vouezh; gervel a ra e zeñved e-unan dre o anv, hag e kas anezho er-maez. 4 Ha p'en deus lakaet er-maez e zeñved e-unan, e vale a-raok dezho, hag an deñved a heul anezhañ, abalamour ma'c'h anavezont e vouezh. 5 Met ne heuilhint ket un diavaeziad, tec'hout a raint kentoc'h dre ma n'anavezont ket mouezh an diavaezidi. 6 Jezuz a lavaras dezho ar barabolenn-se, met ne gomprenjont ket ar pezh a lavare dezho. 7 Jezuz eta a lavaras dezho c'hoazh: E gwirionez, e gwirionez, me a lavar deoc'h, me eo dor an deñved. 8 An holl re a zo deuet a-raok din a zo laeron ha briganted, met an deñved n'o deus ket o selaouet. 9 Me eo an nor; mar deu unan bennak e-barzh drezon, e vo salvet; dont ha mont a raio hag e kavo peurvan. 10 Al laer ne zeu nemet evit laerezh, lazhañ ha distrujañ; met me a zo deuet evit m'o devo va deñved ar vuhez ha ma vint er fonnuster. 11 Me eo ar mesaer mat; ar mesaer mat a ro e vuhez evit e zeñved. 12 Met an devezhour n'eo ket ar mesaer, hag an deñved n'int ket dezhañ; pa wel ar bleiz o tont, e tilez an deñved hag e tec'h; ar bleiz a grog en deñved hag a stlabez anezho. 13 An devezhour a dec'h, abalamour ma'z eo devezhour, ha ne gemer ket preder eus an deñved. 14 Me eo ar mesaer mat, me a anavez va deñved, hag anavezet on ganto, 15 evel ma'c'h anavez va Zad ac'hanon, hag evel ma'c'h anavezan va Zad; ha reiñ a ran va buhez evit va deñved. 16 Deñved all am eus ha n'int ket eus an tropell-mañ; ret eo din ivez degas anezho; hag e klevint va mouezh, ha ne vo nemet ur bagad, hag ur mesaer hepken. 17 Dre-se eo e kar va Zad ac'hanon, abalamour ma roan va buhez evit he adkemer. 18 Den ne lam anezhi diganin, me a ro anezhi ac'hanon va-unan; ar galloud am eus d'he c'huitaat, hag ar galloud d'he adkemer; an urzh-se am eus bet digant va Zad. 19 Neuze e voe dizunvaniezh adarre etre ar Yuzevien, abalamour d'ar gerioù-se. 20 Kalz anezho a lavare: Un diaoul en deus, diskiantet eo; perak e selaouit anezhañ? 21 Re all a lavare: Ar gerioù-se n'int ket eus un den dalc'het gant un diaoul. Hag un diaoul a c'hell digeriñ daoulagad ar re dall? 22 Bez' e oa e Jeruzalem gouel an Dedi, hag ar goañv a oa. 23 Evel ma valee Jezuz en templ, e porched Salomon, 24 ar Yuzevien en em zastumas eta en-dro dezhañ, hag a lavaras dezhañ: Betek pegeit e talc'hi hor spered en douetañs? Mar dout ar C'hrist, lavar eñ deomp freals. 25 Jezuz a respontas dezho: E lavaret em eus deoc'h, ha ne gredit ket; an oberoù a ran e anv va Zad a ro testeni ac'hanon. 26 Met c'hwi ne gredit ket abalamour n'oc'h ket eus va deñved, evel ma em eus e lavaret deoc'h. 27 Va deñved a glev va mouezh, ha me a anavez anezho, hag int a heul ac'hanon. 28 Me a ro dezho ar vuhez peurbadus; ne vint kollet biken, ha den n'o lamo eus va dorn. 29 Va Zad en deus o roet din, ha brasoc'h eo eget an holl; den ne c'hell o lemel eus dorn va Zad. 30 Me hag an Tad a zo unan. 31 Neuze ar Yuzevien a gemeras a-nevez mein evit e veinata. 32 Ha Jezuz a lavaras dezho: Graet em eus dirazoc'h kalz a oberoù mat, a-berzh va Zad; evit pehini anezho e veinatait ac'hanon? 33 Ar Yuzevien a respontas dezhañ: N'eo ket evit un ober mat e veinataomp ac'hanout, met abalamour d'ur gwallgomz, dre ma n'out nemet un den hag en em rez Doue. 34 Jezuz a respontas dezho: N'eo ket skrivet en ho lezenn: Lavaret em eus: C'hwi a zo doueed? 35 Mar he deus eta galvet doueed ar re ma oa ger Doue kaset dezho (hag ar Skritur ne c'hell ket bezañ torret), 36 lavarout a rit-hu e wallgomzan, me an hini en deus an Tad santelaet ha kaset er bed, abalamour ma em eus lavaret: Me eo Mab Doue? 37 Ma ne ran ket oberoù va Zad, na gredit ket ac'hanon. 38 Met mar o gran, ha pa ne gredfec'h ket ac'hanon, kredit da'm oberoù, evit ma'c'h anavezot ha ma kredot an Tad a zo ennon, hag ez on ennañ. 39 Klask a raent eta c'hoazh kregiñ ennañ, met en em dennañ a reas eus o daouarn. 40 Mont a reas a-nevez en tu all d'ar Jordan, e-lec'h ma oa Yann o vadeziñ da gentañ, hag e chomas eno. 41 Kalz a dud a zeuas d'e gavout, hag e lavarent: Yann, evit gwir, n'en deus graet mirakl ebet; met kement-holl en deus Yann lavaret eus an den-mañ a zo gwir. 42 Ha kalz a gredas ennañ el lec'h-se.

*********************************************************

Yann 10

1 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n'entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand. 2 Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis. 3 Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors. 4 Lorsqu'il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles; et les brebis le suivent, parce qu'elles connaissent sa voix. 5 Elles ne suivront point un étranger; mais elles fuiront loin de lui, parce qu'elles ne connaissent pas la voix des étrangers. 6 Jésus leur dit cette parabole, mais ils ne comprirent pas de quoi il leur parlait. 7 Jésus leur dit encore: En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis. 8 Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands; mais les brebis ne les ont point écoutés. 9 Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages. 10 Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance. 11 Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. 12 Mais le mercenaire, qui n'est pas le berger, et à qui n'appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis, et prend la fuite; et le loup les ravit et les disperse. 13 Le mercenaire s'enfuit, parce qu'il est mercenaire, et qu'il ne se met point en peine des brebis. 14 Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent, 15 comme le Père me connaît et comme je connais le Père; et je donne ma vie pour mes brebis. 16 J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là, il faut que je les amène; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger. 17 Le Père m'aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. 18 Personne ne me l'ôte, mais je la donne de moi-même; j'ai le pouvoir de la donner, et j'ai le pouvoir de la reprendre: tel est l'ordre que j'ai reçu de mon Père. 19 Il y eut de nouveau, à cause de ces paroles, division parmi les Juifs. 20 Plusieurs d'entre eux disaient: Il a un démon, il est fou; pourquoi l'écoutez-vous? 21 D'autres disaient: Ce ne sont pas les paroles d'un démoniaque; un démon peut-il ouvrir les yeux des aveugles? 22 On célébrait à Jérusalem la fête de la Dédicace. C'était l'hiver. 23 Et Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon. 24 Les Juifs l'entourèrent, et lui dirent: Jusques à quand tiendras-tu notre esprit en suspens? Si tu es le Christ, dis-le nous franchement. 25 Jésus leur répondit: Je vous l'ai dit, et vous ne croyez pas. Les oeuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi. 26 Mais vous ne croyez pas, parce que vous n'êtes pas de mes brebis. 27 Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent. 28 Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. 29 Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. 30 Moi et le Père nous sommes un. 31 Alors les Juifs prirent de nouveau des pierres pour le lapider. 32 Jésus leur dit: Je vous ai fait voir plusieurs bonnes oeuvres venant de mon Père: pour laquelle me lapidez-vous? 33 Les Juifs lui répondirent: Ce n'est point pour une bonne oeuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu. 34 Jésus leur répondit: N'est-il pas écrit dans votre loi: J'ai dit: Vous êtes des dieux? 35 Si elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et si l'Ecriture ne peut être anéantie, 36 celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, vous lui dites: Tu blasphèmes! Et cela parce que j'ai dit: Je suis le Fils de Dieu. 37 Si je ne fais pas les oeuvres de mon Père, ne me croyez pas. 38 Mais si je les fais, quand même vous ne me croyez point, croyez à ces oeuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je suis dans le Père. 39 Là-dessus, ils cherchèrent encore à le saisir, mais il s'échappa de leurs mains. 40 Jésus s'en alla de nouveau au delà du Jourdain, dans le lieu où Jean avait d'abord baptisé. Et il y demeura. 41 Beaucoup de gens vinrent à lui, et ils disaient: Jean n'a fait aucun miracle; mais tout ce que Jean a dit de cet homme était vrai. 42 Et, dans ce lieu-là, plusieurs crurent en lui.

Sant Mac'hloù hag e vro (1)

« De incremento

et ecclesiarum in tempore eius.

Rexit autem prefatus Dei sacerdos ecclesiam Christi in ciuitate Pagi Aletis, diuina auxiliante gratia, annis circiter quadraginta sub magna euangelice predicationis deuotione, in magno pietatis amore. Ac per idem tempus multitudinem populi catholica dogmate ad christiane fidei conuertit sanctitatem. In tempore illius claruit ubique diuine connitio legis, sanctissimum Christi nomen cunctorum audiebatur in ore, claruit in moribus castissime uite honestas, ardebat in pectoribus singulorum celestis patrie amor. »

« De l’accroissement du peuple, et des églises en son temps.

Donc le susdit prêtre de Dieu régit l’église du Christ dans la cité du pays d’Alet, avec l’aide de la grâce divine, pendant environ quarante ans, sous la grande dévotion de la prédication évangélique, et dans un grand amour de la piété. Et pendant ce temps il tourna vers la sainteté de la foi chrétienne suivant le dogme catholique un très grand nombre de gens. En son temps fleurit la connaissance de la loi divine, et le très saint nom du Christ était entendu dans la bouche de tous. L’honnêteté devint commune dans les mœurs d’une vie très chaste, et l’amour de la patrie céleste brûlait dans la poitrine de tous ».

 

de la « Vie de Saint-Malo évêque d’Alet,

 par le diacre Bili », à la fin du IXe siècle

Sant Mac'hloù hag e vro (1)

« Se halga Machu…"

 

« Saint Malo était toujours à prêcher et à exhorter, et à dire en lui-même : en tant qu’hommes, nous recevons les âmes confu­sément, alors que nous devons abandonner la sécurité qui n’est d’aucune utilité pour l’âme et pour le corps. Car celui qui reçoit le gouvernement de l’âme pour combattre, il se prépare à sacrifier la sécurité. »

 

(du texte en vieil-anglais)

 

 

« Soñj en deizioù a wechall, meizhata er bloavezhioù, a rumm da rumm. Goulenn digant da dad, hag e konto dit ; gant da gozhidi, hag e lavarint dit. Pa roe o hêrezh an Uhelañ d’ar broadoù. »

eus Levr an Adlezenn 32, 7-8

 

« Rappelle-toi les jours d’autrefois, considère les années, d’âge en âge. Interroge ton père, qu’il te l’apprenne ; les anciens, qu’ils te le disent. Quand le Très-Haut donna aux nations leur héritage »

 

de la Sainte Bible, Livre du Deutéronome,

chapitre 32, versets 7 et 8

 

*

 

Eil tamm / 2e partie

 

*

Voir les commentaires

Lanlouri

par G.G.M.

publié dans Ar Sent , Devnon , Domnonée , Breizh

Iliz Lanlouri
Iliz Lanlouri

Sant Louri

**************
Gouel d'an 30 a viz Gwengolo

       Né en Bretagne insulaire de nobles parents, il passa la mer pour aborder près d'Aleth (Saint-Malo). "L'étude, la réflexion et un grand amour de Dieu furent ses armes victorieuses" (Joseph-Malo de Garaby).
       S'enfonçant dans la forêt domnonéenne*, il fut reçu à Gaël à la cour du roi Judicaël, qui lui demanda de remplacer saint Elouan en son ermitage à quelques lieues de là, sur les bords de la Doueff. Louri y consentit et, autour de son minic'hig (ermitage), il convertit par sa vie de prière, ses instructions, ses exemples et ses miracles.
C'est ainsi qu'est née Lanlouri, en français Saint-Léry, petite paroisse au diocèse de Saint-Malo et dans l'archidiaconé de Porhoët.
       A l'époque des invasions normandes, au Xème siècle, le corps de saint Léry est transporté à Tours, dans l'abbaye Saint-Julien, et il y restera jusqu'en 1562, date à laquelle il sera détruit par les protestants. Son très beau sarcophage demeure néammoins dans l'église de Saint-Léry. Cette église est d'ailleurs fort belle.
       La paroisse de Saint-Léry dépendait autrefois de l'abbaye de Saint-Méen. Saint-Léry est érigé en commune en 1790. A la suite du Concordat de 1801, la commune comme la paroisse de Saint-Léry sont annexées par les autorités civiles et religieuses au diocèse révolutionnaire de Vannes, au détriment
du diocèse de Saint-Malo qui est d'ailleurs supprimé à la même époque. On poussa le vice à inventer que saint Léry était originaire de Vannes.

Sant Léry aurait donné son nom à une autre paroisse du Porhoët malouin: Montertelot, forme altérée d'un ancien "Moustertolaor" où s'élève l'église Saint-Laur, avec sa fontaine du même nom. Ce Lanlouri dépendait de la Chapelle-Basse (actuelle Chapelle-Caro), trève de Ploërmel. Il serait peut-être heureux de remplacer ce vil nom de "Chapelle-Basse" par un Lanlouri-izel.

* domnonéenne: de "Domnonée" - breton Devnon - l'un des premiers royaumes de Bretagne armoricaine, du nom d'une principauté existant déjà sur l'ile de Bretagne, autour de Glasgow (Ecosse) puis dans les Cornwall, Devon et Somerset actuels. De l'ancienne Domnonée armoricaine est issu l'évêché de Saint-Malo.

Lanlouri
Lanlouri
Lanlouri
Lanlouri

Voir les commentaires

Santez Azenora

par G.G.M.

publié dans Feiz , Devnon , Domnonée

Santez Azenora
Buhez Santez Azenora diwar skridoù ar chaloni Malo Garabi.

Vie de sainte Azénor, d'après les écrits du chanoine M. de Garaby

 

"La légende de sainte Azénor et de saint Budoc n'est pas plus un conte que l'histoire de Secondian, dans saint Paulin. Elle a toutes ses preuves, et dans les actes des églises de Dol et de Léon" (Kerdanet)

 

Azénor (…) naquit en 519 (au temps de l'émigration bretonne vers l'Armorique), et eut pour père Even,  (prince) de Lesneven, selon l'abbé Gallet et suivant la tradition. Elle fut élevée à Languengar, en Lesneven, dans l'ancienne principauté de Domnonée [1].

Une éducation, qui ne laissa rien à désirer, s'unit aux charmes et aux grâces dont le ciel l'avait enrichie, Azénor témoigna sa reconnaissance envers Dieu par une tendre piété, qui commença avec l'usage de la raison, et envers ses parents, par une affection qu'elle porta jusqu'au dévouement. Elle fit chérir sa supériorité à tout le monde, en la rendant utile et agréable aux petits comme aux grands.

La main de la princesse accomplie fut recherchée par les jeunes seigneurs de la plus haute distinction. Le fils aîné du comte de Goëlo et Tréguier l'emportait sur ses rivaux aux yeux de la famille. Il restait un obstacle à vaincre: il fallait obtenir le consentement d'Azénor. Elle désirait se consacrer corps et âme, et pour jamais, au service du roi des rois.

Les sollicitations de son père, et encore plus celles de sa mère, finirent par la gagner. L'alliance fut célébrée à Brest, en 537. Après les brillantes fêtes du mariage, le prince Even, assisté de toute la noblesse de Léon, conduisit les époux dans leurs terres, où la réception fut magnifique.

Le jeune prince et sa vertueuse compagne choisirent pour séjour ordinaire un superbe castell assis sur une colline, dans une riante vallée, ceint en grande partie par un vaste étang, qui fortifiait ses fossés. Il s'agissait sans doute d'un ancien oppidum celtique. Ce palais bâti par le roi Aodren, donne son nom à la ville actuelle de Châtelaudren, ancienne capitale de Tréguier-Goëlo.

Un an après leur arrivée à Dunaodren (Châtelaudren), ils reçurent la nouvelle de la mort de la mère de la jeune comtesse. Azénor, affligée, fit prendre le deuil à toute sa cour, et alla avec son mari consoler son père, rendre les derniers devoirs à la princesse, et revint dans son dun [2] de prédilection.

Quelques mois après, Even (le père d'Azénor) épousa une dame de grande maison, pleine de méchanceté et jalouse de l'amour du prince et de son beau-fils pour la belle et sage Azénor. Elle jura sa perte; elle écrivit au mari qu'elle avait des preuves frappantes de l'infidélité de la princesse, et soutint devant le père la même accusation. Ce fut un coup de foudre pour le malheureux vieillard. La confiance qu'il avait en sa femme et les serments de cette astucieuse ennemie le persuadèrent: il résolut de faire condamner sa fille Azénor au dernier supplice. Cependant, le fatal billet était remis à l'époux d'Azénor par un confident de la marâtre. Le perfide émissaire ajouta tout ce qu'il put à l'écrit qu'il portait; et ne partit que lorsqu'il eut changé en haine furieuse le vif attachement que le prince avait pour son épouse. Cette innocente victime fut enfermée, gardée et mise au secret dans une des tours du dun qui regardait l'étang. Azénor, détachée des biens de ce monde, souffrit patiemment ce brusque changement de situation, se confia à la providence, et implora la consolatrice des affligés, ainsi que sainte Brigitte d'Irlande, dont Dieu manifestait la gloire par de nombreux miracles opérés à son tombeau.

La cruelle persécutrice, pour achever la ruine de sa bru, suborna, à force d'argent, des témoins, pour dire tout ce qu'elle voudrait. Le prince assembla ses barons et son conseil, fit amener l'accusée, et bientôt entra furieux dans l'assemblée interdite. Le procureur énuméra tous les griefs auxquels l'époux courroucé somma Azénor de répondre. La fille du prince de Léon était assise sur l'humble sellette des prévenus. Elle se leva avec calme, et protesta qu'on pouvait lui ôter une vie à laquelle elle ne tenait pas; mais que personne ne pourrait lui ravir l'amour inviolable qu'elle avait pour son mari, et sa réputation de femme d'honneur qu'elle ferait passer jusqu'aux cendres de son tombeau, malgré les efforts de ses ennemis. On décida qu'elle serait renvoyée à son père, dont on exigeait la vengeance du crime, par toutes les voies raisonnables.

Dès le lendemain, le prince fit conduire son épouse Azénor dans le Léon, chez son père. A la vue de sa fille enchaînée et accusée de désordres honteux, Even jeta des cris déchirants. Les assistants furent tous émus, excepté le seigneur de Goëlo. Il menaça d’en venir aux armes, si le forfait restait impuni. Le prince, dans cette cruelle alternative, pria son gendre de rester, pour être témoin des rigueurs réservées à sa fille, si elle était trouvée coupable, et la fit enfermer dans une grosse tour qui dominait le port de Brest, et qui porte encore maintenant le nom de Tour Azenor. La princesse y vécut dans la pénitence et la prière, s’armant des forces que la Foi procure. Son implacable mari pressait le jugement. La sentence fut rendue, et porta que la Comtesse de Tréguier et Goëlo, convaincue d’adultère, serait brûlée vive, et que ses cendres seraient jetées dans la mer. La lecture de cette affreuse condamnation n’ébranla point le courage de notre héroïne.

Elle prit le Ciel à témoin de son innocence, lui demanda la grâce d’endurer ses tourments avec patience, et pria d’épargner le fruit qu’elle porait depuis quatre mois. On crut que c’était un prétexte qu’elle inventait pour gagner du temps. On la fit visiter par des matrones qui confirmèrent sa déclaration. Les juges voulaient qu’on différât l’exécution, le père y consentait ; mais le comte insistait pour qu’on détruisit et la mère et l’enfant. Pour lui donner quelque satisfaction, on décida qu’Azénor, enfermée dans un tonneau de bois, serait abandonnée aux flots de la mer. L’heure venue, elle sortit du cachot armée d’un crucifix, chargée de chaînes, levant vers le Ciel un front serein. Ce fut un spectacle touchant de voir cette princesse traverser la ville, depuis le château jusqu’au port, entre les bourreaux et les soldats, conduite par des officiers de justice et suivie d’une foule immense. Les uns déploraient ses infortunes, les autres détestaient le crime qu'on lui imputait. Avant de quitter le rivage, elle pria à haute voix pour ses persécuteurs, ajoutant qu'elle espérait qu'un jour son innocence serait reconnue. Dès qu'elle fut sur le navire, l'équipage mit à la voile; et, quand on se fut éloigné de quinze à vingt lieues, on enferma Azénor dans le tonneau funeste, qu'on jeta dans l'abîme, et on revint à Brest annoncer que tout était accompli. L'époux satisfait s'en retourna.

Longtemps Azénor erra sur les flots, exposée à mille naufrages. Le céleste protecteur de la vertu persécutée veilla sur elle et fournit à ses besoins. Dans son étroite et mobile prison, Azénor accoucha heureusement, et conjura le Tout-Puissant de faire en sorte que son fils reçût le baptême. Bientôt le tonneau s'arrêta; il était entré dans la rade d'Aberffraw, en Bretagne galloise (Pays de Galles). Un villageois accourut et voulut enfoncer le tonneau croyant y trouver un riche butin; mais une faible voix l'avertit d'aller chercher l'abbé du monastère tout proche. Ce charitable supérieur vint avec des religieux et les principaux habitants de l'endroit, fit ouvrir le tonneau, emmena la mère et l'enfant au bourg, leur donna tout ce que réclamait leur misère. Instruit à loisir de leur infortune, il remercia le Ciel de les en avoir délivrés, et dès le lendemain, il baptisa solennellement l'enfant, devant d'innombrables spectateurs. Il le nomma Budoc, qui a le même sens que Moïse: "sauvé des eaux".

Azénora se fixa dans cet endroit et pour éviter le désoeuvrement, elle prenait part aux travaux des lavandières, afin de gagner de quoi subvenir aux besoins de son fils et aux siens, et donnait le surplus aux indigents.

Il n'y avait pas encore deux  ans que le prince avait perdu son épouse; il commença à la regretter. Il se reprocha amèrement sa précipitation. Il vit bientôt que son repentir était fondé, car la marâtre mourut en avouant son injustice. Aussitôt, il se mit à la recherche d'Azénor; il finit par arriver à Abervrao. Quelle fut sons immense joie, en découvrant celle qui était si digne de son affection, et l'enfant qu'il avait si cruellement condamné !

Le prince, souhaitant montrer à la Bretagne continentale l'innocence enfin reconnue et triomphante, fit préparer un vaisseau; mais par suite de ses fatigues et de ses chagrins, il fut atteint d'une maladie de langueur. Les soins les plus tendres lui furent prodigués par son épouse. Il profita de la longueur de sa maladie pour faire une confession générale au charitable abbé, reçut les sacrements d'eucharistie et d'extrême onction, demanda pardon à sa femme, bénit son enfant, et passa paisiblement de cette vie à l'autre, en 543. Son corps fut inhumé dans l'église abbatiale. Quand à Azénora, elle regagna l'Armorique et mourut dans un couvent de Kernéo (Cornouaille): on voyait jadis sur la pointe du Raz, entre le bourg de Goulien et la chapelle de Laneurec, les ruines d'un monastère qu'on appelait "kouent santez Azenor". Elle était patronne de l'église de Languengar (près Lesneven), qui a été détruite en 1832, mais il reste deux fontaines dédiées à la sainte, dont la plus célèbre est celle de Clesmeur.

Il exista dans le Cap-Sizun, en la paroisse de Goulien, un petit monastère sous le patronage de la sainte.

Budoc, le fils d'Azénor, se consacra à Dieu et devint évêque de Léon, de Cashel (Irlande) ou encore de Dol, suivant les versions. Je pencherais pour Dol, car saint Samson, le fondateur du monastère de Dol, est honoré à Landunvez, paroisse mitoyenne de Porspoder où est honoré saint Budoc. On le fête le 8 Décembre.

 

[1] Languengar, trève de Lesneven, faisait partie de l'archidiaconé de Kemenet-Ily relevant de l'évêché de Léon et était sous le vocable de sainte Azénor.

[2] Dun : mot des langues celtiques désignant une place fortifiée

Voir les commentaires

Istor Breizh

par G.G.M.

publié dans Bretagne , Devnon , Domnonée , Hennadelezh , identité

Istor Breizh
daeroù Breizh-Vihan
kement-mañ a zo bet tennet eus al levr gant Aorelian Kourson diwar-benn Istor Breizh

****

ou les débuts de la Petite-Bretagne (en Armorique), du livre "L'Histoire, la Langue et les Institutions de la Bretagne Armorique", par Aurélien de Courson

*****

Nous reprenons maintenant le fil de notre récit,
interrompu au moment où commençait, au cin-
quième siècle , la grande émigration des Bretons
insulaires. A peine leurs tribus s'étaient-elles éta-
blies sur les rivages de l'Armorique, que les Ger-
mains se présentèrent aux frontières du nouveau
royaume. Tandis que les Gallo-Romains, las du
despotisme impérial, et effrayés des progrès de
l'arianisme , courbaient la tête devant les Sicam-
bres convertis, un petit peuple, suppléant au
nombre par son énergie, osa donner l'exemple de
la plus héroïque résistance. Ce fut sur le territoire
de Rennes et sur celui de Nantes que se livrèrent
les premiers combats. La lutte s'engagea, dès le
principe , aussi terrible , aussi implacable que celle
des Bretons de l'île contre les Saxons. Et cela se
doit concevoir sans peine : il y avait entre les deux
Domnonées comme un échange continuel d'en-
 
94
thousiasme pour les souvenirs nationaux ef de
haine contre l'oppression étrangère. Depuis les der-
nières émigrations, les liens de fraternité qui unis-
saient ces populations sorties du même berceau,
s'étaient de plus en plus resserrés. Au milieu même
des calamités de l'invasion germanique, il n'était
pas rare de voir les guerriers de l'Armorique abor-
der aux rivages de la Bretagne insulaire, pour
y combattre la race maudite. Là ils retrem-
paient pour ainsi dire leurs âmes au foyer des tra-
ditions bretonnes. Rien en effet n'y était négligé
pour éterniser les antipathies et les animosités de
race. La poésie elle-même avait mission d'exciter
sans cesse les passions de la multitude. Une loi gal-
loise, conservée jusqu'à nos jours, contient ce
passage curieux : « Le barde royal accompagnera
« les guerriers du roi, quand ils partiront pour
« enlever du butin aux Saxons; il devra marcher en
« avant, chantant et jouant du luth, pour les en-
ce courager; si l'on trouve de la résistance, et si l'on
« en vient aux mains, il chantera le chant qui a
pour titre : Une ancienne domination bretonne ! »
 
Ces sanglantes inimitiés ne s'effacèrent même pas
après la conversion des envahisseurs. «Les Bretons
fuyaient le contact des Saxons, dit Bède, comme si
ces peuples eussent encore été païens ! »
 
95
Les habitans de la Domnonée continentale repous-
saient non moins obstinément tout rapprochement
avec les Francs. Mais, plus d'une fois, il fallut subir
le joug momentané des bandes germaniques qui af-
fluaient sans cesse vers la Loire.
 
Après le règne de quelques princes dont nos an-
nales nous ont à peine légué le souvenir, un usur-
pateur s'était assis sur le trône de Bretagne au pré-
judice de Budic, comte de Cornouaille et fils du
roi Audren. Les chroniques ne nous ont rapporté
sur le règne d'Eusèbe que des actes de férocité;
mais le nom seul de ce prince nous prouve qu'il
n'appartenait pas à la dynastie nationale.
 
Vers l'an 490? Budic, réfugié dans la Démé-
tie (Pays de Galles, ndr) avait reçu des anciens sujets de son père une
ambassade qui venait lui offrir le trône laissé vacant
par la mort de l'usurpateur. S'étant embarqué
 
96
avec toute sa famille, le prince aborda aux ri-
vages de Cornouaille. De grandes victoires signa-
lèrent bientôt sa préence parmi les Bretons. Ceux-
ci l'investirent de la royauté suprême; mais
il ne fît que passer sur le trône. Il mourut en
Sog, laissant son royaume assailli par les Frisons,
alors que Hoël , héritier de sa couronne, se trou-
vait dans l'ile de Bretagne. Ce jeune prince, après
quatre années d'exil (513), vint, à la tête de
quelques fidèles , revendiquer les droits que
lui avait transmis son père. Les légendes préten-
dent que, vainqueur de tous ses ennemis, Hoèl
s'illustra par de nouveaux faits d'armes en com-
battant pour le roi Arthur dans la Grande-Bre-
tagne. Les hagiographes du moyen-âge ont em-
belli (...) le récit de ces expéditions; toutefois l'histoire,
aussi bien que la tradition , constate que , durant plusieurs siè-
cles, de semblables échanges de secours ne cessèrent
d'avoir lieu entre les deux populations vic-
times des mêmes calamités.
 
Après un règne glorieux de plus de trente années,
Hoël avait laissé la couronne à ses fils. Ceux-ci,
contrairement à la loi dynastique usitée jusqu'alors
se partagèrent l'héritage paternel, qu'ils divisèrent
en trois grandes principautés. Hoël II reçut en par-
tage la Bretagne orientale, c'est-à-dire Rennes et
 
97
le pays qui s'étend vers le nord jusqu'à la mer; à
Canao , l'un de ses frères , échut le pays de Nantes ;
à Macliau le comté de Vannes. La Bretagne oc-
cidentale était en d'autres mains : des deux comtés
qu'elle renfermait, l'un (le Léon), placé dès l'an
629 sous la domination d'un comte Withur, qui
reconnaissait la suzeraineté du roi des Francs, ne
fut réuni au reste de la Domnonée que pendant
la dernière moitié du sixième siècle; l'autre (la
Cornouaille ) appartenait à un fils ou à un frère de
Hoël, nommé Budic. Cette noble terre de Cor-
nouaille, la seule qui ait conservé intacte à tra-
vers les siècles l'empreinte du génie national
devient, à partir de cette époque, comme le refuge
de l'antique liberté bretonne. Elle seule , en effet , n'a
pas été souillée par la présence de l'étranger. Cette
gloire ne sera pas la seule dont elle pourra s'enor-
gueillir. Une autre illustration lui est réservée dans
les âges qui vont suivre. C'est du milieu de ses sau-
vages montagnards que doivent sortir les deux
libérateurs del'Armorique : Nominoë et Alain Barbe-
Torte.
 
Cependant Conmor, l'un des fils de Hoël, avait
 
98
réuni dans ses mains l'héritage de plusieurs de ses
frères assassinés par son ordre ; mais un enfant
avait échappé au massacre. Réfugié à la cour du
roi des Francs, ce jeune prince attira bientôt sur
sa patrie tous les malheurs qu'entraîne le patro-
nage de l'étranger. Les rois se montrent rarement
généreux envers ceux qui perdent un trône; mais
comme en cette circonstance il s'agissait d'obte-
nir, sans danger de courir les chances de la guerre,
des avantages que jusque là les Bretons avaient
disputés avec une incroyable énergie, Clotaire
promit des secours au jeune Judual. La révolte de
Chramne décida le roi des Francs à brusquer l'at-
taque qu'il méditait contre l'Armorique. On sait que
le prince rebelle s'était réfugié chez le comte de
Bretagne qui avait épousé, lui aussi, une fille de
Williachaire, duc d'Aquitaine. La péninsule fut
envahie par deux corps d'armée à la fois : l'un s'em-
para du comté de Nantes, l'autre alla livrer bataille
à Chramne, entre Châteauneuf et Saint-Malo. Cette
bataille fut décisive. Désormais les Francs, victo-
rieux, ne quitteront pas le pays de Nantes ni celui
de Rennes ; il faudra l'épée de Nominoë pour les
en expulser.
 
Réfugiés au milieu de l'immense forêt de Bréki-
lien, ou retranchés derrière leurs marécages, les
Bretons de la Domnonée, malgré les dissensions ci-
viles qui désolaient leur patrie , virent cependant
briller encore quelques jours glorieux. Plus d'une
fois le roi des Francs apprit avec surprise que ses
 
99
armées, en un instant maîtresses du pays, avaient
été ensuite taillées en pièces au passage de la Vi-
laine, par des bandes rassemblées de la veille !
Parmi tous ces chefs de partisans, il en est un sur-
tout dont le génie, sauvage si l'on veut, mais puis-
sant, était digne d'un plus vaste théâtre. Cet homme
était Waroch, fils de Macliauc, comte de Vannes.
Grégoire de Tours rapporte qu'il sollicita de Chil-
péric le gouvernement de Vannes. Cependant nous
le voyons, peu de temps après, s'emparer de ce
comté les armes à la main , et refuser nettement
le tribut annuel auquel la contrée était soumise.
Ce fut contre Chilpéric que le prince breton livra
sa première bataille. Les Francs étaient venus pla-
cer leur camp sur les bords de la Vilaine. Waroch
se présente sur la rive opposée, feignant d'en vou-
loir disputer le passage ; mais au milieu de la nuit
il rassemble toutes ses bandes, et, franchissant la
Vilaine dans le plus grand silence, il tombe à
 
100
l'improviste sur l'armée ennemie et la bat com-
plètement. Un autre se fût laissé éblouir par cette
victoire; le comte de Vannes se montra plus habile
politique : convaincu qu'elle allait attirer sur la Vi-
laine toutes les forces de ses ennemis, il se hâta de
demander la paix aux vaincus. Les Francs la lui ac-
cordèrent, mais en imposant à Warocb la condition
de payer le tribut et de fournir des otages. Le rusé
Breton promit tout ce qu'on voulut, car son plan
était tracé. A peine les Francs s'étaient-ils retirés,
qu'il oublia tous ses serments. Alors la guerre de-
vint atroce, Nantes et Rennes, occupées depuis près
d'un demi-siècle, ne furent plus pour les Bretons
que des pays ennemis. « Saint Félix, dit Albert le
« Grand, voyant que son diocèse servait comme de
« tbéâtre sur lequel se jouaient ces sanglantes tra-
« gédies aux dépens du pauvre peuple, ne cessait
« d'aller vers les uns et vers les autres pour tacher
« à moyenner quelque bonne paix, et ne l'ayant
« pu faire, au moins son éloquence gagna cela sur
« les Bretons, qu'encore qu'ils ne voulussent en-
« tendre à paix ni traité quelconque, que les Fran-
« çois ne leur laissassent purement les deux villes ,
« à savoir Rennes et Nantes; néanmoins, en consi-
« dération de saint Félix, ils épargnèrent quelque
« peu le pays Nantois *. »
 
L'armée des Francs fut obligée de rentrer en
 
101
Bretagne pour réduire le comte de Vannes. C'est
alors , nous dit très-sérieusement l'historien Velly,
que se livra cette sanglante bataille dans laquelle
personne ne resta de part ni d'autre. Waroch n'en
recommença pas moins ses ravages l'année suivante.
Allié à Frédégonde, qui suscitait partout des en-
nemis au roi de Bourgogne, le comte de Vannes
attendit de pied ferme Ebrachaire et Beppolen,
généraux envoyés par Contran pour le combat-
tre. Waroch fut sur le point d'être accablé; mais
il eut l'habileté de semer la discorde parmi ses
ennemis, et il ne les vit pas plus tôt séparés, qu'il
tomba sur l'un d'eux avec toutes ses forces et
l'écrasa. Ebrachaire, pendant ce temps, était en
pleine marche sur Vannes ; Waroch lui envoie des
ambassadeurs , le comble de présents , et finit par
le déterminer à se retirer en Anjou. Les Francs
commencent en effet leur retraite; mais Waroch,
qui se joue de la foi des traités, a placé une em-
buscade sur les bords de la Vilaine; une partie de
l'armée ennemie n'a pas encore traversé ce fleuve.
 
102
que déjà les Bretons se jettent sur leur arrière-
garde et la taillent en pièces. A partir de cette épo-
que, l'histoire ne fait plus mention du vaillant
comte de Vannes.
 
Nous nous sommes étendu longuement sur les
guerres acharnées dans lesquelles deux peuples de
génie si divers luttaient, l'un pour la domination,
l'autre pour l'indépendance ; c'est que l'intelligence
d'un pareil état de choses pourra seule donner la
clef des différences profondes que nous aurons à
signaler plus tard entre les coutumes de la haute et
de la basse Bretagne.
 
Sous les derniers Mérovingiens, les princes bre-
tons eurent plus rarement à défendre ou à reven-
diquer leurs droits; car leurs indolents rivaux, sou-
mis à la tutelle d'un maire du palais, n'avaient plus
ni le désir ni la puissance de leur en contester la
jouissance.
 
Arrivée à l'époque où nous avons conduit ce
récit, l'histoire de Bretagne devient un véritable
chaos que l'admirable sagacité de l'abbé Gallet n'a
pu débrouiller elle-même. Tout ce qu'il est possible
d'entrevoir dans les vicissitudes du trône, ce sont
des rivalités d'ambition et la nécessité pour quel-
ques princes de se jeter entre les bras du peuple
franc, jadis repoussé loin du sol avec tant de vi-
gueur et de constance.
 
Cependant une famille nouvelle avait succédé à
la race avilie des Mérovingiens. Pépin profita habi-
lement des dissensions civiles qui régnaient dans
l'Armorique pour rendre à la France les bornes
qu'elle s'était données sous quelques-uns des suc-
cesseurs de Clovis. Ce fut pour plusieurs chefs bre-
tons l'occasion de se signaler par une héroïque ré-
sistance; mais une main plus puissante que celle
de Pépin devait bientôt courber tout l'Occident
sous un sceptre impérial. Charlemagne, assis sur
le trône, fit occuper la péninsule par Andulphe,
grand-maître de sa maison. Ce général, s'é-
tant emparé d'une grande partie des forteresses
et des positions militaires qu'occupaient les Bre-
tons, soumit tout le comté de Vannes en une seule
campagne (786); mais, selon l'usage, une révolte
suivit de près ce facile succès. Le comte Guido,
qui commandait sur les marches de l'Anjou, reçut
alors de l'empereur la mission de dompter les re-
belles : il réunit ses forces à celles des autres comtes
ses collègues , parcourut la péninsule dans tous les
sens et soumit entièrement , disent les chroniques ,
cette terre bretonne, que jusque-là les Francs n 'avaient
 
104
pu dompter. Cette soumission ne pouvait pas être de
longue durée. Une nouvelle révolte éclata en 809,
à la suite de laquelle les Francs furent repoussés au
delà de la Vilaine. Il fallut donc recommencer une
conquête qui avait déjà coûté tant de sacrifices (811);
vingt-trois ans de combats continuels n'avaient pas
suffi pour la consolider ! Une telle résistance aux
armes du grand empereur, et les révoltes qui ne
cessèrent d'éclater dans la péninsule, jusqu'au jour
où Nominoë plaça sur son front la couronne armo-
ricaine, peuvent nous faire comprendre combien
était robuste la nationalité de ce peuple.
 
Charlemagne avait à peine cessé de vivre et déjà
Morvan, comte de Léon, appelait aux armes les
populations belliqueuses de la Domnonée. Elu roi
suprême de la nation, ce prince ne craignit pas
d'affronter les armées de Louis le Débonnaire. Mais
l'épée d'un soldat franc priva bientôt la Bretagne de
ce héros. Guyomarch de Léon obtint à son tour la
royauté du pays. Il soutint glorieusement la lutte
pendant plusieurs années. Enfin, vaincu en une
sanglante bataille, et surpris dans un château où il
s'était réfugié, il fut massacré par les Francs.
 
On dit que l'empereur, peu jaloux de succès qui
 
105
lui coûtaient aussi cher que des défaites, convoqua
à Vannes les principaux seigneurs du pays. Quel-
ques Bretons courageux plaidèrent-ils dans cette
grande assemblée la cause de la nation? L'histoire,
si on l'interroge à ce sujet, garde un complet si-
lence ; tout ce qu'il nous est possible d'y entrevoir,
c'est que les vaincus furent très-rigoureusement
traités par les Francs.
 
Peu de temps auparavant, l'empereur avait éta-
bli comme gouverneur de la péninsule un jeune
Breton dont il avait éprouvé le zèle pendant la lutte
acharnée qu'il avait soutenue contre l'Armorique;
cet homme s'appelait Nominoe , et descendait, sui-
vant nos légendaires, des comtes de Poher.
 
Tant que Louis le Débonnaire avait vécu, le gou-
verneur de Vannes, tout en applaudissant aux ré-
voltes partielles qui éclataient dans la Domnonée,
avait montré la plus grande soumission envers le
vieil empereur. Quand ce malheureux monarque
s'était vu abandonné par son armée et dépouillé de
sa couronne, Nominoë lui avait renouvelé ses hom-
mages et ses protestations d'obéissance; démons-
trations touchantes sans doute, si elles eussent été
sincères ! Mais en même temps le prince breton ne
laissait échapper aucune occasion de capter l'affec-
tion des populations. Sa politique, comme celle de
tous les hommes réellement supérieurs , repoussa
jusqu'au dernier moment les mesures de précipita-
tion et de violence. Sous les apparences du dévoue-
ment et de la fidélité, il sut s'arroger peu à peu tous
les privilèges de la souveraineté. Rien de plus cu-
rieux , dans le cartulaire de Rhedon , que les paroles
employées par Nominoë dans ses actes de dona-
tion au monastère de Saint-Convoion. Ces dona-
tions, il ne les a faites, dit-il, que dans le but d'ob-
tenir la délivrance et la conservation de l'empereur.
La persévérance de ce grand homme à poursuivre
ses projets à travers des obstacles qui semblaient
insurmontables; la patience avec laquelle il atten-
dit l'heure où il devait lever le masque, et la réso-
lution qu'il montra lorsqu'il fallut agir, tout révèle
en lui un génie véritable, et qu'on louerait sans
réserve, si les moyens qu'il mit en œuvre eussent
 
107
toujours répondu au noble but qu'il sut atteindre.
Cette grande figure historique venait de dispa-
raître , quand un orage terrible éclata sur l'Armo-
rique. Les Normands , qui , depuis plus d'un demi-
siècle, ravageaient le littoral de la péninsule,
renversèrent toutes les barrières que le courage de
quelques chefs bretons leur avait opposées jus-
que-là. Rien ne put résister à leur fureur. Le nombre
de ces pirates , venus sur de frêles barques d'osier,
était peu considérable pourtant ; mais il est des
temps où la Providence, dans ses desseins mysté-
rieux, semble communiquer à certaines races pré-
destinées on ne sait quelle puissance morale qui
subjugue, tandis que d'autres races, naguère hé-
roïques, sont comme frappées d'épouvante! N'est-
il pas étrange en effet de voir s'enfuir devant quel-
ques bandes d'écumeurs de mer ces mêmes Bre-
tons qui avaient résisté vingt-quatre ans aux armées
de Charlemagne ?
 
Villes, églises, monastères, rien n'échappa aux
ravages des hommes du Nord. Les prêtres s'enfui-
rent en France, emportant les reliques des saints;
une grande partie de la noblesse se réfugia en An-
gleterre avec Mathuédoi, comte de Poher; un seul
comté, celui de Léon, ne fut pas déserté. Là ré-
gnait le comte Even , qui mérita plus tard le surnom
de Gratîd. Ce vaillant prince rassembla autour de
son étendard tous les proscrits chassés de leurs de-
meures, et tandis que des rois de France achetaient
au poids de l'or la retraite des barbares, lui, se
108
souvenant de son aïeul le comte Morvan , n'of-
frait que du fer aux guerriers normands.
Cependant le libérateur de l'Armorique allait
bientôt se montrer. Alain, fils de Malhuédoi, sur-
nommé Barbe-Torte , s'était réfugié chez le roi des
Angles avec une partie de la noblesse bretonne.
Il y forma, à peine âgé de vingt ans, le dessein
de reconquérir les Etats de son aïeul , Alain le
Grand. Suivi de quelques guerriers fidèles , il vint
débarquer à Cancale, et ne tarda pas à rallier toutes
les bandes bretonnes qui, retranchées dans des lieux
inaccessibles, avaient su échapper aux armes des
Normands. Ceux-ci furent attaqués avec fureur et
battus sur tous les points : Nantes même, leur der-
nier refuge, tomba au pouvoir des Bretons.
 
Le rôle politique de l'Armorique , sous les succes-
seurs d'Alain Barbe-Torte, fut loin d'être aussi bril-
lant. Alain Fergent réussit cependant à réveiller l'é-
nergie nationale. Guillaume le Conquérant, dont
l'ambition n'était pas satisfaite des vastes possessions
qu'il venait d'ajouter à l'héritage paternel, récla-
mait du duc de Bretagne l'hommage qu'il préten-
dait lui être du par les souverains de cette con-
trée. Alain s'y refusa. Le nouveau roi d'Angleterre,
oubliant alors , dans sa haine pour le fils , les services
que lui avait rendus le père d'Alain, vint mettre
 
109
le siège devant la ville de Dol; mais secouru à temps
par le roi de France , le duc de Bretagne défit les
Normands et força son agresseur à quitter un pays
que celui-ci regardait déjà comme une conquête.
 
Un demi-siècle ne s'était pas écoulé depuis ce
glorieux événement, qu'un autre prince anglais se
présentait pour réclamer la principauté de Nantes,
à laquelle les liens du sang lui donnaient des droits.
 
Il faut se rappeler que le trône d'Angleterre avait
passé dans la maison d'Anjou par le mariage de Ma-
thilde, fille de Henri II, avec Geoffroi, comte d'An-
jou. A la mort du comte de Nantes, fils de ce der-
nier, Henri II, roi d'Angleterre, ne manqua pas de
faire valoir ses droits à la succession de son frère.
 
Le lâche Conan IV, duc de Bretagne, ne sut en
aucune manière résister aux prétentions de l'ambi-
tieux monarque. Ce n'était pas assez, pour Henri
Plantagenet, de la Normandie, de l'Anjou, de la
Touraine , et enfin de la Guienne qu'il tenait du
chef de sa femme Éléonore d'Aquitaine , il voulait
encore réunir la Bretagne à ses nombreuses provin-
ces. Ce projet, qui devint plus tard pour les deux
peuples une source d'inimitiés implacables, ne tarda
pas à se réaliser par le mariage de Geoffroi avec
Constance, fille de Conan. Dès lors le peuple bre-
ton reporta sur les Anglo-Normands toute la haine
qui l'avait animé jadis contre les Saxons, persécu-
 
110
teurs de sa race; et il se rapprocha de la France,
par cela seul qu'elle était l'ennemie et la rivale de
l'Angleterre. Les barons, que la couardise de leur
duc indignait, ne désertèrent pas comme lui la
cause nationale. Pour l'honneur du pays, non
moins que pour la défense de leurs privilèges, mé-
connus ou menacés par l'Anglais, ils prirent les
armes. Les vicomtes de Léon, ces dignes descen-
dans du roi Morvan , se montrèrent les plus intré-
pides champions de l'indépendance nationale. On
les vit , renfermés dans leur cité de Morlaix , bra-
ver les attaques du roi d'Angleterre, tandis que,
dans la haute Bretagne, Raoul, baron de Fougères,
mettait en déroute les Brabançons de Henri ; mais
enfin il fallut céder au nombre. La vengeance du
vainqueur fut digne d'un Plantagenet : il porta de
toutes parts le fer et la flamme, fit raser les châteaux
des barons, et, ajoutant la lâcheté au brigandage,
il ravit l'honneur à Alix, fille du comte de Porhouet,
pauvre enfant qu'on avait confiée à sa foi de che-
valier ! C'étaient là de rudes épreuves, de cruelles
humiliations ; pourtant il fallut les subir encore
sous le règne de Geoffroi Plantagenet, fils de Henri IL
Fort heureusement la Providence délivra bien-
tôt le pays du nouveau tyran. On sait que , foulé
aux pieds des chevaux dans un tournoi auquel il
assistait à la cour de Philippe-Auguste, Geoffroi
mourut à Paris en 1186. Au mois d'avril de l'année
suivante, sa veuve, Constance, accoucha d'un fils.
Jamais naissance d'enfant royal n'avait été accueil-
lie avec un tel enthousiasme. Henri TI avait voulu
lui donner son nom , mais les barons s'y opposè-
rent. On connaît la tradition bretonne touchant le
retour du roi Arthur. Ce retour, vainement attendu
pendant tant de siècles, était encore aussi vivement
désiré qu'au jour des premières espérances. Aussi le
nom d'Arthur fut-il donné à cet enfant pour lequel
la nation rêvait un si brillant avenir ! Mais la pré-
diction de Myrdliin ne devait pas s'accomplir. Ar-
thur périt assassiné, et cette mort fit passer
la couronne de Bretagne dans une branche de la
maison de France.
 
Il y avait pourtant dans le duché un jeune prince
que les vœux de toute la nation appelaient au trône ;
c'était Henri d'Avaugour, héritier d'Alain , comte
de Penthièvre. Il était issu de la race des anciens
rois du pays, et allié à la plupart des maisons illus-
tres de Bretagne : son mariage avec Alix aurait pré-
venu bien des calamités; mais Philippe, roi de
France, rompit cette alliance, après en avoir laissé
dresser le contrat, dans la pensée sans doute que,
pour assurer le repos de son royaume, il lui fallait
un lieutenant dans le duché de Bretagne. Ce fut Pierre
de Dreux que le roi fit choisir pour duc des Bre-
tons. Mauclerc, homme d'un brillant courage, était
en outre l'un des politiques les plus habiles de son
temps; mais tous les dons que le ciel lui avait dé-
 
112
partis ne lui servirent qu'à opprimer le peuple qu'il
était chargé de gouverner. Nourri dans les prin-
cipes de gouvernement absolu qui germaient à
la cour de France, ce prince voulut franchir les
bornes que la coutume du pays avait assignées
au pouvoir du souverain : il commença en con-
séquence par battre en brèche la puissance du
clergé et celle de l'aristocratie féodale. Aux prêtres
il enleva le privilège de tierçage et celui de pas-
nuptial; aux gentilshommes, le droit de jouir des
biens de leurs enfants mineurs, et de donner des
brefs sur leurs terres. La noblesse, indignée, cou-
rut aux armes; elle fut battue par le duc de Breta-
gne près de Chateaubriand : le sang coula à flots
dans l'Armorique, jusqu'au jour où, accablé sous
le poids des foudres de l'Église et de l'exécration
publique, le duc se vit forcé d'abdiquer le trône
en faveur de son fils.
 
Les successeurs de Mauclerc se transmirent paisi-
blement, pendant près d'un siècle , la couronne que
le chef de leur dynastie n'avait pas su conserver. Le
calme ne dura pas plus longtemps; funeste avant-
coureur, il présageait le plus terrible des orages qui
eussent encore assailli la Bretagne.
Istor Breizh

"Ar C'hras a vez lakaet da wir gant an anien" - St Tomaz Aquino

"Ar C'hras a vez lakaet da wir gant ar sevenadur" - Pab Frañsez

*

"La grâce suppose la nature" - St François d'Aquin

"La grâce suppose la culture" - Pape François

Voir les commentaires

Sant Mac'hloù (1)

par G.G.M.

publié dans Sant-Mac'hlow , Devnon , Domnonée

Sant Mac'hloù (1)

Petie vie de saint Malo

On connaît à ce jour cinq vies de Saint Malo. La présente que nous avons rédigée s’inspire largement de celle de Bili, diacre au diocèse d’Aleth au IXe siècle et devenu évêque au même diocèse. Le manuscrit de Bili s’est inspiré lui-même d’un texte anonyme qui suivit les reliques de saint Malo en Flandres, pendant les invasions normandes, et qui fut édité par Joseph Lot.

Nous devons au travail extraordinaire de Gwenael Le Duc, du Dublin Institute for Advanced Studies et du Ce.R.A.A. (Centre Régional Archéologique d’Alet), la traduction en français de la vie de saint Malo par Bili, d’après deux textes latins retranscrits au XVe siècle en Angleterre. Cette traduction s’est nourrie de la comparaison avec un texte en vieil-anglais, plus ancien que les versions latines, et qui correspond presque littéralement à ces dernières ; le texte en vieil-anglais et l’un des deux en latin se trouvent au British Museum (le deuxième en latin est à Oxford).

Naissance

Malo passa toute son enfance en Bretagne insulaire, au VIe siècle, à Venta Silurum dans le Gwent (Sud du Pays de Galles). Il était cousin de Samson, le futur saint moine-évêque de Dol, car sa mère, sainte Derwell, était la sœur de Hamon, père de Samson.

Quand sainte Derwell fut enceinte de Malo, elle était avancée en âge : elle avait soixante-six ans. La nuit de Pâques, avec d’autres femmes, elle était venue veiller au monastère de Llancarvan, dans l’estuaire de la Severn. C’est alors qu’elle mit au monde Malo.

Le monastère de Lancarvan avait été fondé par saint Kadog. De nombreux monastères alors fleurissaient en Bretagne insulaire, ainsi qu’en Armorique, du fait de monastères et familles nombreux de Bretagne insulaire qui traversaient la mer et affluaient, fuyant les calamités survenues dans l'ile.

L'ile de Bretagne était chrétienne de puis longtemps, du moins en partie. On dit que le premier roi chrétien en fut Lawer Meur, Breton insulaire au premier siècle. Dans ce nom, "Mac'hlow" aurait déjà une identité commune, bretonne bien-sûr mais aussi sémantique. "Maclow" signifierait "Fils de la Lumière", ou encore "Gage, étendard de lumière", selon la connaissance que l'on a du vieux mot breton "mac'h", ce qui correspond bien à notre personnage comme on va le voir.

****************

Voir les commentaires