Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Samzun ha Mac'hloù

par Andrev

Les deux pays frères de Domnonée, ceux de Dol et Saint-Malo, fondés par deux cousins: Samson et Malo, à partir de leurs monastères respectifs.

Les deux pays frères de Domnonée, ceux de Dol et Saint-Malo, fondés par deux cousins: Samson et Malo, à partir de leurs monastères respectifs.

Les monastères des deux cousins, Malo et Samson, sont à l'origine des deux pays-évếchés de Saint-Malo et Dol.

C'est Samson qui débarqua le premier en Armorique, près de Cancale, vers l'an 500, une quinzaine d'années avant Malo, après avoir été évêque de la cité brigante d'Evrauc (future Eoforwic), l'actuelleYork du nord de l'Angleterre (du vieux-norois Jórvík). Evrauc était encore à cette époque sous domination bretonne (elle le sera jusqu'en 580), après avoir été la capitale de la province romaine de Britannia Inferior. Quand au nord de la Britannia Minor, l'autre Bretagne de l'autre côté de la mer, en voie de création depuis près d'un siècle, où débarqua Samson, cette contrée avait été naguère sous l'égide du diocèse gallo-romain d'Aleth, que saint Malo viendra investir un peu plus tard, et qui s'étendait du Mont-Saint-Michel jusqu'à Morlaix. Depuis très peu d'années, le pays a été envahi par les Francs de Clovis, jusqu'à la Rance; Rennes et Nantes ont été prises également. Cela n'empêche pas Samson dans ses entreprises et c'est à Dol, à l'est d'Aleth (future St-Malo), qu'il fonde un monastère, que 300 ans plus tard, le roi Nominoë érigera en archevêché pour toute la Bretagne. Les saints Cadoc et Mewen (Méen) sont de la partie.

Une quinzaine d'années plus tard, donc, c'est au tour du cousin Malo de débarquer avec saint Brendan et d'autres compagnons, juste en face des remparts de l'actuelle Saint-Malo, qui à l'époque n'est pas encore une île, mais le deviendra sous les effets d'une violente tempête d'équinoxe deux siècles plus tard. C'est sur ce promontoire granitique que saint Malo et ses compagnons élèvent quelques cellules, là où bien plus tard s'élèvera la nouvelle cathédrale, à l'instigation de saint Jean-de-la-Grille.

Les dépendances et ermitages issus des deux monastères alternent dans le pays, que différents compagnons de ceux-ci vont créer au fil de leurs pérégrinations: c'est un enchevêtrement d'influences, auquel se mêlent d'autres monastères que ceux de Dol et Saint-Malo, tels celui de Saint-Lunaire, enchevêtrement qui sera sans doute le maillage le plus solide de la civilisation bretonne. Par exemple, saint Malo va fonder un autre monastère dans la forêt, à plus de cent kilomètres plus au sud, autour duquel naîtra la ville de Guer: on a là, d'ailleurs, l'une des clés du prolongement du futur évêché de Saint-Malo jusqu'à la Gwilun (Vilaine). Ou encore, l'un des compagnons de saint Malo, Domnoc, ira se retirer à Saint-Domineuc, non loin de Dinan. L'influence du monastère de Saint-Malo se fera sentir jusqu'en Cornouaille: à Paule, près de Rostrenen, on conserve la cloche d'un successeur de saint Malo, Kiforian (francisé en "Symphorien"). Il n'y pas encore de territoire épiscopal, mais plusieurs moines-évêques qui créent, eux-mêmes  ou certains de leurs compagnons, des communautés à l'origine de nombreuses paroisses et trêves bretonnes. Ainsi la Bretagne était-elle constellée de multiples compagnonnages rattachés à divers monastères, dont l'influence, pour ceux autour de Dol et Saint-Malo, s'étira vers l'ouest et le sud forestier, mais aussi vers la future Normandie et les Flandres...

Les évêchés proprement dits ne seront créés qu'en 848, après les ravages de Charlemagne et de ses successeurs, qui amèneront un jeune prince, Nominoë, à diriger une lutte victorieuse contre l'envahisseur et à réorganiser l'Eglise, en repoussant les frontières du pays plus à l'Est et en créant un archevêché indépendant de la métropole gallo-franque sise à Tours.

A Guer: bannière et église de saint Gurval, successeur de saint Malo au monastère de Guer
A Guer: bannière et église de saint Gurval, successeur de saint Malo au monastère de Guer

A Guer: bannière et église de saint Gurval, successeur de saint Malo au monastère de Guer

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article