Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pantekost

par G.G.M.

publié dans Pantekost

Pantekost

Eus Aviel sant Yann, VI

Jezuz a dremenas en tu all da Vor Galilea pe Mor Tiberiaz.

2 Ur bobl vras a heulie anezhañ, abalamour ma welent ar mirakloù a rae war ar re glañv.
3 Jezuz a bignas war ar menez hag ec'h azezas eno gant e ziskibien.
4 Hag ar Pask, gouel ar Yuzevien, a oa tost.
5 Jezuz eta, o vezañ savet e zaoulagad, hag o welout ul lod bras a dud o tont d'e gavout, a lavaras da Filip: Pelec'h e prenimp bara evit m'o devo an dud-mañ da zebriñ?
6 Eñ a lavare kement-se evit e amprouiñ rak gouzout a rae ar pezh edo o vont d'ober.
7 Filip a respontas dezhañ: Daou c'hant diner (1 diner = pezh arc'hant roman war-dro 4 g) a vara ne vefe ket a-walc'h evit reiñ un tammig da bep hini.
8 Unan eus e ziskibien, Andrev breur Simon-Pêr, a lavaras dezhañ:
9 Bez' ez eus amañ ur paotrig en deus pemp bara heiz ha daou besk, met petra eo kement-se evit kement a dud?
10 Jezuz a lavaras: Lakait an dud da azezañ. Bez' e oa kalz a c'heot el lec'h-se. An dud eta a azezas, en niver a war-dro pemp mil.
11 Jezuz a gemeras ar baraoù hag, o vezañ trugarekaet, o roas d'an diskibien, hag an diskibien d'ar re a oa azezet, hag en hevelep doare gant ar pesked, kement ha ma fellas dezho.
12 Goude m'o doe bet o gwalc'h, e lavaras d'e ziskibien: Dastumit an tammoù a zo manet, evit na vo kollet netra.
13 Dastum a rejont eta anezho hag e leugnjont daouzek paner gant an tammoù a oa manet eus ar pemp bara heiz, goude m'o doa debret.
14 An dud-se, o welout ar mirakl en doa Jezuz graet, a lavaras: Hemañ eo e gwirionez ar profed a dlee dont er bed.
15 Jezuz, oc'h anavezout ez aent da zont d'e gemer evit e lakaat da roue, en em dennas adarre e-unan war ar menez.

Analogisme de la multiplication des pains avec la Parole

Tu vois: je donne ma parole. Je donne tout ce que vous pouvez comprendre, et par conséquent assimiler pour en faire une nourriture pour l'âme. Mais vous vous êtes rendus tellement lents à comprendre par la fatigue et la faim, que vous ne pouvez assimiler toute la nourriture qui se trouve dans ma parole. Il vous en faudrait beaucoup, beaucoup, beaucoup. Mais vous ne savez par en recevoir beaucoup. Vous êtes si pauvres de forces spirituelles! Cela vous pèse sans vous donner du sang et des forces. Et voici qu'alors l'Esprit-Saint opère le miracle en vous. Le miracle spirituel de la multiplication de la Parole. Il multiplie cette parole en vous en éclairant tous les sens les plus secrets, de façon que, sans vous alourdir d'un poids qui vous écraserait sans vous fortifier, vous vous en nourrissiez et ne tombiez plus harassés tout au long du désert de la vie.
Sept pains et quelques poissons!
J'ai prêché pendant trois ans et, comme dit mon bien-aîmé Jean, "si on devait écrire toutes les paroles que j'ai dites et les miracles que j'ai accomplis pour vous donner une nourriture abondante, capable de vous amener sans faiblesse jusqu'au Royaume, la Terre ne suffirait pas pour en contenir les volumes". Mais si cela avait été fait, vous ne pourriez pas lire une telle masse d'écrits. Vous ne lisez même pas comme vous le devriez, le peu qui a été écrit sur Moi. L'unique chose que vous devriez connaître, comme vous connaissez les mots les plus nécessaires dès l'âge le plus tendre.
Et alors, l'Amour vient et multiplie. Lui aussi, Un avec le Père et Moi, a pitié de vous qui mourez de faim" et, par un miracle qui se répète depuis des siècles, double, décuple, centuple les significations, les lumières, la nourriture de chacune de mes paroles. Ainsi, voici un trésor sans fond de nourriture spirituelle céleste. Il vous est offert par la Charité. Puisez-y sans peur. Plus votre amour puisera, plus celui-ci, qui est le fruit de l'Amour, augmentera ses flots. Dieu ne connaît pas de limites dans ses richesses et dans ses possibilités. Vous êtes relatifs. Lui, non. Il est infini dans toutes ses oeuvres, même en celle de pouvoir vous donner à chaque heure, en toute circonstance, les lumières dont vous avez besoin à cet instant. Et comme au jour de la Pentecôte, l'Esprit répandu sur les apôtres rendit leur parole compréhensible aux Parthes, aux Mèdes, aux Scythes, aux Cappadociens, aux habitants du Pont et de la Phrygie, et semblable à leurs langues natales pour les Egyptiens et les Romains, les Grecs et les Lybiens, ainsi de même Il vous donnera réconfort si vous pleurez, conseil si vous demandez conseil, participation de joie si vous êtes joyeux, par la même Parole.
Oh! Réellement si l'Esprit vous éclaire, vous disant "Va en paix et ne veuille pas pécher", cette parole est à la fois une récompense pour celui qui n'a pas péché, un encouragement pour celui qui est encore faible mais ne veut pas pécher, pardon pour le coupable qui se repent, reproche tempéré de miséricorde pour celui qui na qu'une vélléité de repentir. Et ce n'est qu'une phrase, des plus simples. Mais combien il y en a dans mon Evangile! Combien qui, comme des boutons de fleurs, après une averse et un soleil d'avril, s'ouvrent serrés sur la branche où d'abord il n'y en avait qu'un seul de fleuri et la couvrent toute entière pour la joie de ceux qui les admirent.

(extrait de révélations privées)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article