Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ad orientem

par Andrev

publié dans Feiz , Eglise , Iliz

 

traduction d'un article du National Catholic Register

Le Cardinal Sarah sur la dévastation de la liturgie et les chemins d'une réforme authentique.

Par Edward Pentin

Le 31 mars 2017

"Le chef de la liturgie au Vatican parle de catastrophe et de schisme comme étant les conséquences du fait de placer l'homme, et non Dieu, au centre du culte; il a aussi fait l'éloge de Summorum Pontificum en cette année du 10e anniversaire.

«Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur la catastrophe, la dévastation et le schisme que les promoteurs modernes d'une "liturgie vivante" ont provoqué par le remodelage de la liturgie de l'Église selon leurs idées », a dit le cardinal Robert Sarah.

«Ils ont oublié que l'acte liturgique est non seulement une prière, mais aussi et surtout un mystère dans lequel se réalise quelque chose que nous ne pouvons pas comprendre tout à fait, mais que nous devons accepter et recevoir dans la foi, l'amour, l'obéissance, et un silence d'adoration." Le préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements a écrit ces mots pour une conférence donnée en son absence à Herzogenrath, en Allemagne, pour marquer le 10e anniversaire de la publication du Motu proprio Summorum Pontificum du Pape Benoît XVI. Le cardinal guinéen a appelé à une reconnaissance de «la crise grave et profonde» qui, depuis le Concile, a affecté la liturgie en plaçant l'homme et non Dieu au centre de culte.

Le «relativisme dans l'enseignement doctrinal, moral et disciplinaire, de graves abus, la désacralisation, le fait de rendre banale une liturgie sacrée et une vision purement sociale et horizontale de la mission de l'Église» ont pénétré dans la vie ecclésiale, dit-il.

Et il a ajouté qu'un « nombre croissant » de clercs considèrent le nouveau « printemps » comme étant en fait un « rejet, un renoncement à son vieil héritage, ou même une remise en cause radicale de son passé et de la tradition. »

Pour lutter contre cela, le cardinal Sarah a parlé d'un «processus décisif» dans le «mouvement liturgique» qui impliquerait trois chemins: le silence, l'adoration et la formation.

Il a ajouté qu'une «attention particulière» doit être portée à la liturgie, tenant en haute estime sa «beauté, son caractère sacré, et le maintien du bon équilibre entre la fidélité à la tradition et l'évolution légitime, et qu'il faut donc rejeter radicalement toute herméneutique de la discontinuité et de la rupture" .

«Ce sont le cœur et les éléments essentiels de toute authentique liturgie chrétienne», a déclaré le cardinal.

Et il a conclu en appelant les fidèles à appliquer Summorum Pontificum «avec grand soin», et non comme une «mesure négative et régressive», mais comme une «contribution importante et authentique à la vie liturgique actuelle et future de l'Église". »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article