Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sant Maelor

par Andrev

Sant Maelor, eskob Dol

Saint Magloire, évêque de Dol

en Domnonée, Bretagne

+ 586

Saint Magloire naquit dans le sud de la Bretagne insulaire, dans le Glamorgan, en l'actuel Pays de Galles, et y fut éduqué par saint Ildut en son monastère, en compagnie de son cousin saint Samson (avec qui il fit la traversée vers la Bretagne armoricaine), et d'autres saints connus de notre pays,  tels Pol, Gweltaz, Lunaire... Saint Samson devint évêque de Dol, et à sa mort, c'est Magloire qui lui succéda, mais celui-ci se retira dans une île de Domnonée, Serck ou Jersey, où il mourut. Son souvenir se perpétua sur l'ile de Jersey, ainsi qu'à Dinan, en Domnonée continentale.
Dans l'art, on le représente recevant la Sainte Communion d'un Ange.


 

Sant Maelor

Saint Magloire fut le premier abbé du monastère de Lanmeur, dans le Trégor, qui devint une paroisse et enclave de l'ancien archevêché de Dol, en Bretagne continentale. Il gouverna ce monastère avec prudence et sainteté durant 52 ans. A la mort de saint Samson, il fut élu pour le remplacer à Dol comme son abbé. Malgré ses hésitations, se sentant indigne et incapable, il accepta, mais ne resta que 2 ou 3 ans sur le siège; il était déjà septuagénaire. Alors, avec le consentement des fidèles, il se retira dans un désert, où il se bâtit une cellule. Mais bien vite sa solitude fut interrompue par les âmes qui venait vers lui mander ses prières pour les guérir ou les libérer d'esprits mauvais.

Un prince, Lois Escon, fut par Magloire guéri de la lèpre, qui l'avait affligé 7 ans durant, et lui donna l'entièreté de l'île de Jersey, qui était sa propriété. Là, saint Magloire bâtit un nouveau monastère, dans lequel 62 moines servirent Dieu. Il bâtit un oratoire, défricha l'île et sema du blé. Pour le moudre, il construisit un moulin à eau et un petit barrage. Le moulin n'y existe plus, mais le cour d'eau coulait non loin de l'actuel monastère "La Moinerie", et contenu par l'Ecluse (barrage du moulin), il tombait en cascade vers la plage que l'on appelle encore "Port du Moulin" (ou "mill-Haven").

Entre les bras de ses frères, il mourut quelques années plus tard. Dans l'église, il reçut le Viatique des mains d'un Ange, et refusa ensuite de la quitter, répétant constamment les mots de David, le Psalmiste-roi d'Israël : "Je n'ai demandé qu'une chose au Seigneur, et ne cesserai de la Lui demander - c'est que je puisse habiter Sa maison chaque jour de ma vie". De grands miracles eurent lieu à son tombeau, placé dans cette même église.

De longues années durant, l'île jouit d'une réputation considérable parmi les populations Chrétiennes des Iles de la Manche, de la péninsule du Cotentin et de la Petite-Bretagne, à cause de saint Magloire. Des fils de nobles continuèrent à venir à Jersey, de Bretagne, d'Angleterre et de Neustrie, pour y éduquer leurs cœurs et leurs intelligences.

En 850, le roi de Bretagne Nominoe donna à des moines de son pays une terre pour y bâtir un monastère, à condition qu'ils y ramènent les reliques d'un saint capable de guérir son âme. C'est ainsi que se développa le monastère de Léhon, au pied de la petite montagne abrupte qui le surplombait, dont on voit encore aujourd'hui quelques pierres de la forteresse qui s'y accrochait et où Nominoë veillait sur la Bretagne. Ce lieu est baigné par la Renk (Rance), en contrebas des faubourgs de la cité de Dinan. Les moines, à la demande de Nominoë, firent donc voile vers Jersey pour y voler pieusement les reliques du saint. La légende dit que Magloire avait tellement envie d'attendre le Jugement sur les bords de la Rance, qu'il donna un coup de main à son propre enlèvement en réduisant le poids de son sarcophage. Et pour que le raid puisse s'achever avec succès, un souffle miraculeux de vent repoussa les poursuivants sur leur île, permettant aux ravisseurs de continuer sans dommage leur chemin vers l'estuaire de Saint-Malo.

Quelques années auparavant, une bande de pillards du royaume du Danemark, avait déjà tenté de s'attaquer au cercueil de saint Magloire. Ils ne cherchaient pas les reliques, mais leur longue expérience de pillage des sépulcres en Bretagne, Irlande et Ecosse leur faisait espérer d'y trouver des biens plus intéressants à utiliser que des saintes reliques. A peine le dessus du sarcophage avait-il été soulevé que les 7 voleurs se trouvant à côté furent frappés de cécité.

 

aperçu du pays de Dol, depuis le Mont-Saint-Michel

aperçu du pays de Dol, depuis le Mont-Saint-Michel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article