Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Se mettre en présence de Dieu

par Andrev

Se mettre en présence de Dieu

 

La Vierge Marie, dans ses messages à Medjugorje, un petit village croate d'Herzégovine, insiste sur la prière du coeur. Qu'est-ce à dire ?


Voici ce que disait Notre Seigneur à Mgr Ottaviani, dans les années 70 :


« Mon fils, écris : « Je suis le Seigneur ton Dieu ; tu n'auras pas d'autre Dieu en dehors de Moi ! »
Ecris encore : « Aime le Seigneur ton Dieu de tout coeur, de toute ton âme, de tout ton esprit. »
Ces commandements, vous vous êtes habitués à les écouter comme on écoute le son des cloches qui chaque jour font entendre leurs tintements. Tous les entendent, mais presque personne n'en fait cas ; de même les commandements demeurent lettre morte, tandis qu'ils devraient être vivants dans vos coeurs.
J'ai voulu ce préambule pour te faire saisir que l'on prie mal, même chez le petit nombre qui prie. Très peu nombreux sont ceux qui prient bien, étant donné qu'il est impossible de prier si l'on ignore le premier commandement ; pire encore si, le connaissant, on l'oublie. Se mettre en présence de Dieu veut dire accomplir une série d'actions spirituelles, essentielles pour une bonne et efficace prière. Il faut faire un acte de foi qui élève l'âme jusqu'à Lui, ce qui veut dire entrer en contact spirituel avec Dieu, Un et Trine.
A cet acte de foi font suite, nécessairement, des actes d'humilité, de confiance et d'amour, qui servent à intensifier le contact avec Dieu. Ces actes sont indispensables pour une bonne prière, parce qu'ils empêchent un exercice purement mécanique qui répugne à Dieu. Moi Je me détourne de ceux qui m'honorent seulement des lèvres et non du coeur.
Malheureusement, ils sont nombreux, parmi les quelques-uns qui prient, ceux qui ne prient que machinalement, se flattant eux-mêmes d'avoir accompli un devoir qui en réalité n'a pas été accompli.
 »


Ainsi Notre Seigneur nous invite à une gymnastique,  une discipline, qui, finalement, nous conduise à bâtir une culture de vie, essentiellement basée sur nos rapports avec Dieu. C'est ce que veut l'Eglise, c'est ce qu'EST l'Eglise dans son essence, c'est ce qu'avaient voulu nos anciens moines.
Le monachisme posait une condition préalable aux rapports avec Dieu : ceux-ci se devaient d'être favorisés par un environnement porteur, c'est à dire la simplicité d'une nature à la configuration souvent grandiose et glorieuse, paisible et silencieuse, comme la mer, la montagne ou la forêt : ce fut ainsi le cas de nombre de nos sanctuaires en Bretagne. Curieusement, les Cisterciens, au lendemain du Haut Moyen-Age, se mirent à bâtir au fond des vallées, dans les marécages, ce qui se vérifie cette fois-ci encore dans notre pays, où nombre de chapelles se trouvent à l'endroit même où les traditions païennes privilégiaient certains de leurs cultes.


Un environnement porteur donc : tout le contraire de l'agitation actuelle qui règne chez les hommes.  
C'est que le monde doit être à l'image du Coeur Très Aimant, un effet visible de ineffable mouvement. Au coeur de ce monde, Il a placé celui de sa créature très aimée : l'homme. Mais l'homme, pour garder sa place comme roi du monde, devait conserver le lien essentiel, primordial, avec celui le Coeur qui l'avait créé. « Pas du tout ! » commença de murmurer gentiment le Tentateur. Histoire que le monde actuel prend pour une fable.


Contact avec le coeur, premier contact rétabli par le Baptême, puis nourri par les éducateurs, parents, amis, religieux et Prêtres, puis que l'enfant confirmera par sa propre volonté et intelligence, au moment de la Confirmation. Toute une école.
Ici, Notre Seigneur parle du premier mouvement responsable que tout homme doit apprendre, cultiver, aimer : la prière. Prière à genoux, position d'humilité : « Je Suis » dit le Seigneur. Comment entendre cela sans une profonde inclination ?
Mais il y a une prière qui précède la nôtre : c'est celle du Christ et de tous les Saints du Ciel et du Purgatoire. Nous devons l'offrir à Dieu, quand nous nous agenouillons devant Lui, car elle est un premier gage d'entrée dans ce mouvement réciproque des coeurs. C'est comme un bouclier qui nous ouvre un passage vers le Coeur Très Aimant.


Et encore avant la prière, n'oublie pas : c'est Dieu, toujours, qui fait le Premier Pas. Sois heureux de cela. Que cela rende ta prière plus spontanée, pleine de confiance, une précipitation d'enfant dès qu'il aperçoit ses parents.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article