Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gwaz ha maouez

par G.G.M.

O c'hrouiñ a reas gwaz ha maouez (Geneliezh 1,27)

O c'hrouiñ a reas gwaz ha maouez (Geneliezh 1,27)

Un enfant qui  n'a pas de père ne peut pas se défendre dans la vie, car il peut être très instruit mais son quotient émotionnel aura été très entamé.

On le voit tous les jours dans les sociétés modernes, ces gens qui, très instruits par compensation, ne sont pas capables émotionnellement de se dffendre, parce que dans leur vie affective, et dès le plus jeune âge, il s'est produit des fractures, autour desquelles ils n'ont pas développé cette force émotionnelle qui leur permettra d'être effectivement des hommes complets, c'est-à-dire pas seulement des hommes au QI élevé et aux larges épaules, mais surtout d'un quotient émotionnel assez fort pour tenir debout sans trop de souffrance et de trouble face à l'adversité.

La force émotionnelle émane directement du crédit que l'on aura reçu du père, de son amour, de sa bienveillance, de sa confiance, de sa chaleur, et déjà de la place qu'il saura tenir par rapport à son identité d'homme, d'humain sexué et reconnu en tant que tel.  Or, si l'identité masculine est mise à mal - notamment par une société déréglée en manque de repaires - la paternité ne peut s'exercer, se déployer et se transmettre: elle se trouve interdite dans sa nature même et dans son existence, puis dans la transmission naturelle de son essence et de ses attributs aux générations suivantes.

Est-ce l'égalitarisme qui bafoue l'autorité du père, et par là même occasion celle de la mère - mère naturelle ou mère spirituelle ? N'y a-t-il pas un nivellement des genres et des différences, qui produirait des enfants anémiés, sans identité et sans véritable force ? N'est-ce pas le couple homme-femme que l'on a banalisé, dénaturé, rendu même interchangeable ?

Et n'est-ce pas les fondements même du monde qui se trouvent ébranlés, quand le père manque, ou quand la femme se trompe de rôle ? Un équilibre cosmique avait été créé par Dieu, équilibre dont dépendait la gouvernance parfaite, puis altérée de l'homme et de la femme, unis ensemble, en toute complémentarité et toute sagesse. Que cette complémentarité soit remise en question, n'est-ce pas le plus grand désordre écologique qui s'en suit?

Mag

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article