Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sant Weltaz

par G.G.M.

publié dans sent Breizh , saints de Bretagne , Gweltaz

Sant Weltaz

Le 29 janvier, qui est le jour de sa fête, mériterait d'être une fête nationale, tellement Gweltaz, ou Gildas, est un saint universel pour la Bretagne. En effet, on le trouve partout honoré en Bretagne - particulièrement en Bro-Wened (autour d'un axe Vannes-Pontivy) et dans le Poher oriental (entre Rostrenen et Corlay): des dizaines et des dizaines de chapelles et fontaines lui sont consacrés, et de nombreux lieux, paroisses, villages et lieux-dits portent son nom.
Gweltaz fut élevé au monastère de Llanildut, par le saint éponyme Ildut, en Bretagne insulaire (Pays de Galles). Ildut donna son nom aussi à Pleurtuit dans le Poudouvr, tout comme à Lanildut dans le Bro-Leon, non loin de Brest, où Gweltaz a chapelle et fontaine à quelques mètres de l'église paroissiale.
Il vint en Irlande pour relever l'Eglise gaëlique, à l'appel de santez Berc'hed (sainte Brigitte), qu'on fête le 1er février, soit trois jours après celle de saint Gweltaz.


Gweltaz est né le jour de la victoire du Mont Badon remportée par le prince Arzhur. Il écrira un livre, intitulé Wormesta (misères, calamités) par certains brittophones, par d'autres "De Excidio Brittaniae" (La décadence de la Bretagne), à une époque de grandes difficultés pour la Bretagne aux prises avec la guerre civile, la décadence du clergé et les invasions germaniques (Angles, Saxons). Dans son livre, Gweltaz parle de tout cela, et c'est là un témoignage inestimable et unique de la Bretagne du VIe siècle, en même temps qu'un reflet étonnant de l'actualité du pays en ce début de XXI siècle où nous écrivons cet article.
Enfin, considérons que la figure et le travail de sant Weltaz - sans parler de son intercession - n'ont rien d'anodins si nous voulons un tant soit peu travailler au relèvement de nos familles, à commencer par celui de nos propres personnes. Connaître son histoire, son pays et ses ancêtres, c'est se connaître soi-même, c'est moins plier aux vents tous azimuts, c'est aller de l'avant, surtout si on ne coupe pas le lien avec le passé - cet autre présent - en assumant sa continuité dans le présent de l'aujourd'hui. Et connaître, et être, c'est surtout agir en conséquence.

photo: église Sant-Weltaz, Magoar, Trégor, enclave de Dol.

Commenter cet article