Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Gouzout a reomp eo pinvidik Breizh dre he istor...

par Gweltaz Gayot Mazhevig

"Gouzout a reomp eo pinvidik Breizh dre he istor...
"Gouzout a reomp eo pinvidik Breizh dre he istor hag e vefe ur c’holl mantrus, n’eo ket hepken evit ar Vretoned, met ur c’holl evit an denelezh a-bezh, ma’z afe da get seurt sevenadur. Ezhomm hon eus eus ar sevenadur-se. Perak ? Dre ma treuzkas, en he doare, mennantez Doue. En gwelout splann a reer pergen pa soñjer e buhez an holl sent o deus, e douar Breizh, taolet had o fedennoù, o finijennoù, o frezegerezh hag o c’haritez. Lorc’h a c’hell sevel ennomp, evit gwir, a-drugarez dezho, ha ne fell ket dimp o briekaat hepken dre o skeudennoù : mennet omp da vont pelloc’h, betek kemer skouer war o briwerc’hioù, o feiz, o goubeizh hag o c’haritez doueel peogwir eo war ar briwerc’hioù-se eo o deus savet hor broad.
Oc’h adkavout ar briwerc’hioù-se eo e c’hellimp azblivaat sevenadur Breizh n’he dije dazont ebet ma chomfe bac’het o nac’hañ ar Wirionez. Pep sevenadur zo dezhi an ezhomm da vezañ peurwellaet, da vezañ uhelsavet dre berzh gras Doue ; anez da se emañ en arvar da vezañ lakaet da idolenn, un idolenn difiñv, dic’houest da reiñ ar vuhez, divarrek da reiñ lusk d’ar vuhez, met o lezel an dud er marv hag en deñvalijenn.
Hiziv e c’houlennomp ouzh santez Anna ar c’hras da vezañ sklêrijennet war an hent.
(...) Hiziv eta, gant memor santez Anna, o kounaat karitez ha furnez Doue, e fell dimp kreñvaat hon hennadelezh. N’en raimp ket diouzh doareoù ar c’healiadurezhioù a implij ar ger hennadelezh gant davedennoù forc’hellek kenañ. Ni a fell dimp resev seurt hennadelezh a-dre daouarn Doue, an hennadelezh o werediñ warnomp gant doare – lavarout a ran gant doare – ul ledkerrin. Ya, kement a zo hon henvoazioù, hon hengounioù, hor c’hanoù santel ken niverus e Breizh, a zo anezho evel ul ledkerrin, eleze ur gwered eus Doue ouzh hor santelaat e donder hor boud."

Prezegenn an Aotrou Beleg Pêr-Nikolaz Chapeau da-geñver Pardon Sz Anna

***************************

"La Bretagne, nous le savons, est riche de son histoire, et ce serait une perte tragique, nous seulement pour les Bretons, mais ce serait une perte pour l'humanité que cette culture disparût. Nous en avons besoin, de cette culture. Pourquoi? Parce qu'elle véhicule, à sa manière, la volonté divine. Cela éclate, brille spécialement dans la vie de tous ces saints qui ont ensemencé la terre de Bretagne de leurs prières, de leur pénitence, de leur prédication et de leur charité. Ce sont eux qui sont véritablement notre fierté, et nous n'entendons pas les honorer seulement à travers leurs représentations picturales: nous voulons aller plus loin et imiter jusqu'à leurs vertus, leurs vertus de foi, d'espérance et de charité divine, car c'est sur ces vertus qu'ils ont bâti notre nation.
Et c'est en retrouvant ces vertus que nous pourrons alors revivifier cette culture bretonne qui, en aucun cas, n'a d'avenir si elle reste enfermée dans le rejet de la Vérité. Toute culture humaine a besoin d'être ennoblie, d'être élevée par le contact avec la grâce de Dieu, sinon cette culture risque de devenir une idole, elle risque de devenir une idole inerte qui ne donne pas la vie, qui ne donne pas l'existence mais qui laisse dans la mort et dans les ténèbres. Nous demandons aujourd'hui à sainte Anne de nous éclairer sur le chemin.
(...) Alors aujourd'hui, dans la mémoire de sainte Anne, de la charité et de la Sagesse Divine, nous voulons raffermir notre identité. Nous ne le faisons pas à la manière des idéologies politiques, qui se servent d'ailleurs souvent du terme "identité" à des fins très ambiguës. Non, nous voulons vraiment recevoir cette identité des mains de Dieu, cette identité qui agit à la manière - je dis bien à la manière – d'un sacramental. Oui, toutes nos coutumes, toutes nos traditions, tous ces chants sacrés magnifiques dont est riche le répertoire breton, c'est comme un sacramental, c'est-à-dire que c'est une action de Dieu qui nous sanctifie au plus profond de notre être."

Homélie de l’abbé Pierre-Nicolas Chapeau à l’occasion du Pardon de Sainte Anne
Commenter cet article